Blog post

[JAPAN EXPO 2018] Embarquez avec CKJ dans la journée du vendredi !

Après une première journée à Japan Expo bien remplie le jeudi 5 juillet dernier, embarquez avec notre équipe pour la récap’ de notre seconde journée sur le festival ! Au programme, comme à notre habitude maintenant depuis plusieurs années : de la musique, des traditions et des interviews avec les artistes de la programmation, le tout en détails et en photos !

Rappelons que pour cette édition 2018, le festival avait revêtue les couleurs du drapeau français, à l’occasion des 160 ans des relations diplomatiques entre la France et le Japon. À cette occasion, le festival a aussi lancé le projet de grande envergure Japonismes 2018, une série d’évènements qui prend place en France jusqu’en février prochain et qui permettra aux Français de pouvoir vivre la culture nippone d’un peu plus près pendant plusieurs mois.

Notre vendredi à Japan Expo 2018 a donc débuté par un petit tour des stands, qui rappelons-le, ont cette année été remaniés dans les halls du Parc des Expositions, en tout cas pour certains. Avec certaines allées légèrement plus larges qu’à l’habitude, et un troisième hall qui a commencé à être investi pour le 19ème impact, tôt le matin a été un bon moment pour nous de pouvoir respirer un peu avant l’arrivée de la foule dense quelques heures plus tard, et de prendre quelques clichés sans avoir à jouer des coudes dans les halls, et sous la chaleur écrasante du mois de juillet.

L’équipe de CKJ a alors pu tranquillement se diriger vers la scène Take pour la conférence des Tremplins J-Music, animée par Caroline Segarra. Comme nouveaux espoirs de la musique nippone, les équipes de Japan Expo ont cette année fait découvrir au public français quatre nouvelles formations, qui pour la plupart n’avaient jamais encore eu l’opportunité de poser le pied sur une scène étrangère.

Conférence Tremplins J-Music animée par Caroline Segarra

Ce sont donc les solistes Mirei et Miura Ayme, ainsi que les groupes LUV K RAFT et +A qui ont répondu présents pour donner plusieurs showcases lors des quatre jours, et aussi offrir des séances de dédicaces. Lors de la conférence, les artistes des Tremplins J-Music ont participé à une séance de questions-réponses qui a permis au public français d’apprendre à mieux les connaitre et peut-être de pouvoir cerner avec plus de précisions leurs divers univers musicaux.

Après environ 45 minutes de conférence, notre équipe a dit au revoir à Mirei, LUV K RAFT, Miura Ayme et aux +A pour filer en direction des salles presse, pour une première interview du vendredi ! Ce sont les idols du groupe =LOVE, groupe créé par Rino Sashihara des HKT48, que nous avons rencontré. Les 12 membres nous ont alors parlé de leurs débuts de carrière, et aussi des divers parcours qui les ont amené à devenir idols, comme les auditions qu’elles ont dû passer pour y parvenir.

Mais pas le temps de souffler pour notre équipe après cette interview des =LOVE, puisque déjà notre seconde interview de la journée nous attendait : celle de la troupe passionnée Tokyo-Rickshaw ! Ces tireurs de pousse-pousse basés à Asakusa se sont lancés dans la musique il y a quelques années pour faire découvrir le Japon à plus grande échelle, notamment en vue des Jeux Olympiques de Tokyo qui auront lieu en 2020. Lors de notre rencontre, les quatre membres de Tokyo-Rickshaw présents à Paris en ont profité pour nous parler de leurs motivations à faire perdurer l’art du pousse-pousse, et nous ont aussi parlé de l’enthousiasme des Français pour la culture nippone, y compris traditionnelle, un fait que notre équipe ne peut qu’approuver !

Miura Ayme

Notre périple Japan Expo 2018 s’est enchaîné avec une visite des Sumire ! Si vous n’avez encore jamais eu l’opportunité de vous rendre à Villepinte en juillet, les Sumire sont les espaces où les artistes et invités du festival rencontrent leurs fans, pour des séances de dédicaces et des séances photo ! Que ces créneaux se fassent au premier arrivé premier servi ou par tirage au sort, on sait que ces petits moments privilégiés au plus près des stars du festival sont des événements marquants pour les fans, et cela permet aussi de voir comment sont les invités en dehors de la scène, et donc dans un cadre un peu moins strict que leur profession habituelle pour la plupart. C’est ainsi que niveau musique, nous avons pu croiser Miura Ayme sur les Sumire ce matin-là ! Le chanteur, que certains d’entre vous connaissent peut-être sous son ancien nom de scène miu, n’a pas hésité à prendre la pose avec les fans qui lui ont demandé des photos entre deux autographes. Si son look parait sophistiqué et peut le rendre inatteignable d’une certaine manière, il n’en est en fait rien du tout, et Miura Ayme semble être quelqu’un de simple et jovial, avec un peu de timidité.

Bien entendu, comme la programmation musique était particulièrement dense cette année comme on vous l’avait déjà expliqué, et comme peut l’attester notre calendrier concert ultra massif cette année, les membres de l’équipe de CKJ ont dû se diviser lors de cette seconde journée pour pouvoir couvrir un maximum des créneaux réservés aux artistes musique. C’est ainsi qu’une partie de notre équipe s’est dirigée vers la scène musique, la célèbre Karasu que l’on ne présente plus, pour le showcase des très énergies (et très nombreuses !) BANZAI JAPAN !

BANZAI JAPAN sont venues cette année à Japan Expo pour se produire sur la scène Karasu en tant que gagnante du concours Tokyo Candoll 2018. Ce groupe d’idols est composé de 14 membres venant de diverses régions du Japon pour mettre leur énergie en commun au sein du groupe.

BANZAI JAPAN mettent en avant un concept peu commun, ce qui les rend encore plus intéressantes aux yeux du public français : elles mêlent musique japonaise et occidentale et dansent avec un objet traditionnel, le sensu, ou éventail en français. C’est une performance d’exception que nous avons pu découvrir sur la scène Karasu en juillet dernier. Les jeunes filles ont une technique impressionnante et savent utiliser leur énergie au profit du groupe pour occuper toute la scène et donner le sourire au public qui semblait conquis par ce concept. Leurs tenues aux couleurs vives et chaleureuses participent au spectacle en rappelant les traditions japonaises, tout en continuant de les faire vivre en les modernisant un peu avec l’intégration de musiques plus récentes. Le showcase a duré près de 45 minutes, sous les yeux ébahis des fans et des spectateurs curieux venus découvrir ces jeunes filles sur scène.

Retour en début d’après-midi du côté des Sumire, cette fois-ci pour le désormais presque légendaire Pikotaro ! Petits comme grands se sont rassemblés dès l’arrivée de l’interprète de “Pen-Pineapple-Apple-Pen” (et autres hits déjantés…) sur le stand de dédicaces ! Connu pour sa joie de vivre et son sourire à la fois un peu niais et attendrissant, Pikotaro n’a pas hésité à poser devant les photographes, professionnels comme amateurs, qui s’étaient donné rendez-vous pour immortaliser ce petit moment privilégié avec la star nippone.

Après un showcase réussi le jeudi sur la plus grande scène du festival, la scène Ichigo, où Pikotaro a même enseigné la chorégraphie de sa toute nouvelle chanson “Can You See? I’m SUSHI“, l’artiste a également conclu sa séance de dédicaces avec succès, après une heure de rencontres avec ses fans. La foule rassemblée, à la fois au showcase du jeudi mais aussi au Sumire le vendredi, atteste du succès de cet artiste (littéralement) hors-norme à l’international, y compris en France.

Mais Pikotaro n’était pas le seul artiste musique de la programmation à proposer des dédicaces à ses fans en ce début d’après-midi, puisque le groupe CRYSTAL LAKE a également répondu présent ! Rappelons que la formation metalcore est revenue en France début juillet pour un concert à Paris au Petit Bain, et que la quintette a également répondu présent au festival Japan Expo pour la journée du vendredi. Malgré la fatigue qu’on a pu voir chez les membres, qui enchaînent les concerts toute l’année comme ils nous l’ont confié en interview avant leur show au Petit Bain, les CRYSTAL LAKE ont gardé le sourire en faisant face à leurs fans, et ont joué le jeu jusqu’au bout malgré un retard sur leur séance.

Joueur de bilboquet sur WABI SABI

Si nous avons à coeur de vous faire partager ce que l’on découvre en terme de musique actuelle à Japan Expo chaque année, rappelons que les traditions sont aussi particulièrement précieuses à nos yeux ! Depuis plusieurs années maintenant, le festival invite en son sein l’espace WABI SABI, qui réunit des dizaines d’artisans nippons qui viennent donc dévoiler leurs différents arts pendant les quatre jours, et bien entendu vendre quelques pièces d’exception aux visiteurs. Tous les ans, notre équipe s’émerveille devant la beauté de cet espace, qui offre toujours de magiques décors inspirés de la culture traditionnelle. Pour l’édition 2018, c’est un espace blanc et très aérien que nous avons retrouvé, peut-être un peu trop neutre comparé aux précédents impacts, en espérant retrouver un peu de peps l’année prochaine ! En tout cas, une scène était présente comme d’habitude pour attirer toujours plus de visiteurs dans cet espace, et pour proposer à longueur de journée des petits numéros de la part d’artiste, ou des mini-shows de musiciens. Du joueur de bilboquet à la chanteuse Airly, beaucoup encore se sont encore succédés dans cet espace cette année, où la foule y est toujours plus dense, de quoi témoigner du succès permanent de cet espace.

Si vous pensez que cet endroit n’est pas suffisant pour condenser toute la culture nippone traditionnelle, et on ne peut pas vous en blâmer, sachez que les traditions du pays du soleil levant ne se limitent pas à WABI SABI sur Japan Expo ! En effet, vous pouvez retrouver en plus la plus grande scène Sakura, et d’autres scènes (en dehors et dans les halls) accueillent également des artistes issus de ce milieu. Parmi les événements marquants de ce vendredi, on peut noter le spectacle des Gamushara Oendan.

Cette troupe japonaise regroupe plusieurs dizaines de membres, qui sont donc des supporters. Leur univers mêle les cris, la danse et la musique, notamment au son des taiko (tambours japonais), une activité qui a pour but de donner du courage à quiconque se trouve en face des artistes. Gamushara Oendan ont fait leur retour très remarqué sur les planches de Japan Expo, où leur slogan “La jeunesse n’est pas une période de la vie, c’est un état d’esprit.” a une fois de plus pris tout son sens.

Gamushara Oendan

Grands gagnants de Tokyo Candoll – BOYS -, les membres du groupe TERCERA TRAPs ont aussi eu leur moment de gloire sur la scène Karasu de Japan Expo en fin d’après-midi. Composé de 4 garçons, ce groupe fait preuve d’un grand dynamisme et partage cette énergie débordante très facilement avec le public.

Le show a duré près de 40 minutes. Malgré le fait qu’ils aient débuté début 2018, les garçons avaient préparé plusieurs chansons. Ils ont enchaîné les titres habillés dans des kimonos légèrement modernisés. Ils ont ensuite fait une pause pour changer de tenues, revenant avec des vêtements noirs avec une seule petite touche de couleur, puisque chaque membre a sa couleur attitrée.

Après une nouvelle chanson, le groupe a tenté de communiquer avec le public entièrement en japonais. Le public réagissait tout de même en encourageant le groupe à parler, bien que l’échange s’est vite trouvé limité. Malgré leur énergie débordante, il leur reste beaucoup de travail à faire avant de devenir un véritable groupe. Il faut admettre que leurs voix n’étaient pas particulièrement justes sur la plupart des chansons. Nous avons aussi pu remarquer que le 4ème membre, qui n’est arrivé que quelques semaines avant Japan Expo au sein du groupe, avait beaucoup de mal à suivre, que ce soit sur les paroles des chansons ou sur les chorégraphies. Ils ont encore beaucoup de travail à faire pour gagner en professionnalisme, mais leur motivation leur a fait gagner de nombreux fans malgré tout.

Après le passage sur scène de TERCERA TRAPs, l’équipe est restée en place dans la salle Karasu, se préparant au showcase suivant : les Tremplins J-Music !

Alors que nous avions découvert Mirei et LUV K RAFT sur le showcase des Tremplins J-Music du jeudi, le vendredi ce sont le chanteur Miura Ayme et le duo +A qui ont eu l’opportunité de montrer leurs talents au public français ! C’est d’abord le soliste visual kei Miura Ayme, anciennement connu sous le nom de scène miu. et également ancien membre de la formation Ecthelion, qui est entré en scène pour démarrer son set. L’artiste a démarré son nouveau projet musical en juin dernier, qui lui a donné son nouveau nom, seulement quelques jours avant le début de Japan Expo : une occasion parfaite pour lui d’en montrer un peu plus au public et de repartir sur de nouvelles bases !

Miura Ayme a satisfait le public lors de son show, puisque les fans présents ont été réceptifs et ont agité leurs bras en l’air en choeur avec la musique. Après avoir interprété plusieurs chansons de son répertoire, et d’avoir présenté un univers entre guitare rock, sons saturés propres au metal et electro nippone, Miura Ayme a dit au revoir au public au bout d’environ 25 minutes de show ! Pendant son passage à Japan Expo, l’artiste a eu le privilège de faire honneur au visual kei, une philosophie artistique en très grande perte de vitesse ces dernières années, en tant que seul et unique représentant du genre sur ce 19ème impact du festival.

Et c’est donc le très attendu duo +A qui a succédé à Miura Ayme sur la scène Karasu ! Composé d’AKIRA et Ayana, +A est un savant mélange de rock et de violon, mené par deux jeunes femmes aux talents reconnus et qui se sont chacune fait remarquer de leurs côtés, avant de se rencontrer et de monter cette formation. En ce qui concerne Ayasa, la musicienne a débuté le violon à l’âge de 3 ans et s’est démarquée sur internet sous le nom OTARISUTO, notamment sur la plateforme YouTube où elle compte aujourd’hui plus de 225 000 abonnés qui la suivent fidèlement.

De son côté, AKIRA a commencé sa carrière sous les projecteurs en tant que modèle, et a beaucoup attiré l’attention sur elle pour son look un peu spécial et masculin ; elle a notamment été modèle pour le magazine KERA à partir de 2008, en faisant même plusieurs fois la couverture en tant que leader du boys-style.

Les deux jeunes femmes ont su conquérir les coeurs des spectateurs, et si le violon n’est pas un instrument qualifié de “rare”, il n’est cependant pas commun dans la musique moderne. En créant ce duo, AKIRA et Ayasa avaient pour objectif de démocratiser l’utilisation du violon dans la musique populaire et actuelle, et de ne plus l’ériger au rang d’instrument classique, et c’est ce qu’elles ont réussi avec brio avec leur passage sur la scène des Tremplins J-Music, qui a duré 20 minutes le vendredi.

Et c’est sur une fin de deuxième journée, tout aussi fatigante que la première, que l’équipe de CKJ s’est rendue dans la dernière salle de la journée, Yuzu, pour un ultime showcase du vendredi : celui des Tokyo-Rickshaw ! Alors qu’on avait eu les quatre tireurs de pousse-pousse le matin-même en interview, on avait qu’une hâte : de voir ce que donnaient sur scène ces quatre passionnés de culture traditionnelle, et le show a été largement à la hauteur de nos attentes !

Les quatre membres de la troupe Tokyo-Rickshaw, lancée depuis seulement quelques années dans le secteur du divertissement, a su offrir un spectacle de qualité avec de la danse, du chant et des acrobaties, de quoi en mettre plein les yeux aux fans français qui, pour certains, attendaient depuis l’année dernière de les revoir ! Qu’ils les aient découvert au 18ème impact de Japan Expo ou bien cette année, les avis des spectateurs sont unanimes : tout le monde a passé un très bon moment en compagnie de ces artistes au grand coeur, et qui s’affirment dans plusieurs disciplines avec une sincérité et une vraie volonté de partage. En somme, les Tokyo-Rickshaw ont largement de quoi créer une communauté de fidèles et d’accomplir leur grande et noble mission : promouvoir le Japon et sa culture traditionnelle, via la culture moderne, auprès du grand public !

Après 25 minutes de déferlement d’énergie et de pop, qui a entrainé le public dans l’ambiance de la salle, les Tokyo-Rickshaw ont tiré leur révérence, non pas sans profiter une dernière fois de leur public en prenant quelques clichés pour immortaliser ce joli moment ! Et c’est donc après cet ultime showcase de la journée que le parcours de CKJ s’est arrêté pour le vendredi, de quoi laisser à notre équipe quelques heures avant de repartir au taquet pour le samedi !

En somme, une très bonne seconde journée avec un bon équilibre entre les différents programmes liés aux artistes musique de cette 19ème édition. Entre la conférence des Tremplins J-Music, les interviews avec =LOVE et Tokyo-Rickshaw et les divers showcases et séances de dédicaces auxquels nous avons pu assister, notre équipe a encore accumulé un bon paquet de souvenirs inoubliables et de petites anecdotes bien sympathiques ! Sans oublier bien entendu les différents stands et toutes les autres activités réalisables sur le festival, un rendez-vous annuel entre passionnés du Japon qu’on ne manquerait pour rien au monde !

Mais rassurez-vous, on ne vous a pas encore tout dévoilé, on se retrouve prochainement avec une nouvelle interview ! À quel artiste pouvons-nous bien faire référence ? Réponse dans quelques jours !

Merci à Japan Expo et aux
artistes présents le vendredi !


Galerie photo :

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...