Blog post

[JAPONISMES 2018] Ne ratez rien des évènements à Paris en ce mois de septembre !

Après un mois d’août un peu calme en ce qui concerne la programmation des Japonismes 2018, le mois de septembre repart de plus belle avec un paquet d’événements ! Comme on vous l’avait promis le mois dernier, Paris n’est ce mois-ci plus la seule ville française à l’honneur, puisque des évènements sont à retrouver en province également. Envie de savoir ce qui se passe près de chez vous ? Alors on vous invite à continuer à lire !

Rappelons que Japonismes 2018 est un projet de grande envergure qui a pour but de promouvoir la culture nippone (moderne et traditionnelle) sur notre territoire. Le projet a officiellement été lancé en juillet lors de Japan Expo 19ème impact, et continuera jusqu’en février 2019 ; si ce projet a vu le jour, c’est en grande partie pour célébrer les 160 de relations diplomatiques entre la France et le Japon. Comme annoncé il y a quelques semaines maintenant, les évènements des Japonismes 2018 sont divisés en 4 catégories : les expositions, les spectacles vivants, l’audiovisuel et l’art de vivre ! On ne vous fait pas attendre plus longtemps, voici l’intégralité de la programmation des Japonismes 2018 pour le mois de septembre, et en détails !

Expositions

teamLab : Au-delà des limites

Présentation officielle : Ce projet interactif de grande envergure du collectif d’art interdisciplinaire teamLab suscite un engouement tant au Japon qu’à l’international. Transcendant les limites de l’art, des nouvelles technologies et de la créativité, teamLab est reconnu dans le monde entier grâce à ses oeuvres collectives, qui ont été qualifiées par CNN de “moments visuels les plus émouvants jamais réalisés“. teamLab propose cette exposition exceptionnelle avec notamment une chute d’eau numérique de 11 mètres de haut qui s’écoule sur le plancher. Plusieurs oeuvres évoluent dans ce vaste espace interactif, commandées non seulement par les pas des spectateurs, mais aussi grâce aux animaux dessinés par les visiteurs, qui prennent vie pour donner un univers original et onirique. En libérant l’art numérique des contraintes matérielles, le créateur ne se cantonne pas à une oeuvre concrète mais crée une expérience à vivre inédite.

  • Date : jusqu’au 15 septembre 2018 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : La Villette, Paris
  • Tarifs : 14,90€ plein tarif / 12,90€ tarif réduit et -26 ans / 10,90€ abonné / 44,90€ pass famille (2 adultes & 2 enfants – 12 ans) / gratuit -4 ans et pass ministère de la culture

Encore un jour banane pour le poisson-rêve

Présentation officielle : Sur plus de 3000 m2, l’exposition déploie un vaste parcours initiatique composé d’oeuvres immersives qui interrogent l’imaginaire enfantin, de ses mythes fondateurs à ses transformations contemporaines, de ses archétypes aux normes et conventions qui le façonnent. L’exposition sera l’occasion pour le visiteur d’apprécier les oeuvres d’une vingtaine d’artistes internationaux, dont six artistes japonais, et de découvrir une collaboration inédite avec le dessinateur de manga Yûichi Yokoyama. Le parcours de l’exposition est conçu avec la collaboration d’artisans d’art, révélant ainsi leur capacité à conjuguer avec bonheur une parfaite maîtrise des savoir-faire avec l’audace créatrice.

  • Date : jusqu’au 9 septembre 2018 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Palais de Tokyo, Paris
  • Tarifs : 12€ plein tarif / 10€ tarif réduit (18-25 ans, étudiants, seniors…) / gratuit pour -18 ans, demandeurs d’emplois, personnes en situation de handicap

KOHEI NAWA / Throne

Présentation officielle : Avec ce trône flottant, Kohei Nawa exprime son intuition selon laquelle les progrès fulgurants de l’informatique et de l’intelligence artificielle risqueraient à long terme de remplacer le pouvoir et l’autorité, instruments d’influence de la politique et de l’économie. L’oeuvre, inspirée des formes et des origines des chars utilisés en Orient lors des fêtes religieuses, est une combinaisons des derniers sytème de modelage 3D et de l’art de la dorure à la feuille, dont le savoir-faire fait écho à l’Egypte antique et aux collections du Musée du Louvres. Cette sculpture de 10,4 mètres de haut remet en question les notions de pouvoir, d’autorité qui se sont perpétuées dans le passé et interroge la notion de futur.

  • Date : jusqu’au 14 janvier 2019
  • Lieu : Belvédère sous la pyramide du Louvres, Paris
  • Tarif : gratuit

YU-ICHI INOUE 1916 – 1985, La calligraphie libérée

Présentation officielle : La calligraphie Yu-Ichi Inoue (1916 – 1985) est l’un des représentants les plus créatifs de l’avant-garde artistique du Japon de l’après-guerre. Transcendant les conventions et les règles traditionnelles, il érigea la calligraphie au rang de véritable art contemporain. L’exposition présente ses principaux chefs-d’oeuvre, dévoilant un univers monochrome aux formes riches et multiples, avec pour seuls médiums le papier et l’encre de Chine. Parmi ces oeuvres d’une remarquable variété, on retrouve Muga (caractéristique de ses débuts), Hin (qui exprime un mode de vie et une philosophie), Hana (avec des techniques ingénieuses mises au point par l’artiste) et Nametokoyama no Kuma (un conte pour enfants).

  • Date : jusqu’au 15 septembre 2018 pour Paris (dernier mois pour en profiter), du 29 septembre au 17 décembre pour Toulouse
  • Lieux : Maison de la Culture du Japon pour Paris, Musée Toulouse-Lautrec pour Toulouse
  • Tarifs pour Paris : 5€ plein tarif / 3€ tarif réduit (groupe, détenteurs billet Giverny) / gratuit pour étudiants, -26 ans, +60 ans, personnes en situation de handicap, demandeurs d’emploi
  • Tarif pour Toulouse : tarif exposition temporaire (unique) à 5€

Jakuchû, le Royaume coloré des êtres vivants

Présentation officielle : Pour la première fois en Europe, le public pourra découvrir le chef d’oeuvre de Ito Jakuchû (1716 – 1800), peintre du milieu de l’ère Edo, renommé pour la finesse de son pinceau et l’éclat de ses couleurs. Cet ensemble de 30 rouleaux intitulé Images du royaume coloré des êtres vivants est son oeuvre la plus ambitieuse, réalisée sur près de 10 ans. Basées sur un travail d’observation, ces peintures réalistes représentent la faune et la flore et créent un univers pictural imaginaire. Grâce à la finesse de leurs traits, des couleurs incroyablement vives et un style éblouissant, ces oeuvres témoignent d’une maîtrise technique et d’un talent artistique extraordinaire. Cette fois, les rouleaux accompagneront Shaka Sanson-zô (propriétaire du temps Shôkoku-ji), reproduisant ainsi un ensemble imaginé par Jakuchû pour ce temple de Kyoto.

  • Date :  du 15 septembre au 14 octobre 2018
  • Lieu : Petit Palais (Musée des Beaux-Arts), Paris
  • Tarifs : 11€ plein tarif / 9€ tarif réduit (- 26 ans, demandeurs d’emploi, RSA, professeurs d’art) / gratuit – 18 ans

Spectacles vivants

Gagaku impérial

Présentation officielle : Musique de cour ou musique sacrée, le gagaku (époque Helan, 794 – 1185) est reconnu pour sa valeur historique et artistique universelle. Cet art traditionnel nippon a été inscrit en 2009 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Gardiens de cette tradition depuis plus de 1 000 ans, les musiciens du Département de musique de la Maison Impériale du Japon jouent tous les répertoires du gagaku : le kangen (musique instrumentale), le bugaku (musique accompagnée de danse) et le kayô (musique chantée). Imprégnée d’éléments de différents rites antiques d’Asie, cette musique ancienne se perpétue aujourd’hui et attire l’attention des musicologues. Ce que l’on pourrait appeler “le plus ancien orchestre du monde” vous propose donc de faire revivre cette musique de cour avec des chants raffinés et des danses dans des costumes somptueux.

  • Date : 3 septembre 2018 à 20h30
  • Lieu : Cité de la musique, Philarmonie de Paris
  • À noter : pour le moment, le spectacle est complet mais des désistements sont possibles (à voir ici).

Shochiku Grand Kabuki

Présentation officielle : Le kabuki, formé épique de l’art théâtral japonais, est de retour à Paris avec Iromoyô Karimame Kasane et Narukami. Ce programme mêle deux classiques du répertoire, interprétés par Nakamura Shidô II et Nakamura Shichinosuke II, légendes vivants du kabuki contemporain. Théâtre traditionnel nippon d’une grande splendeur, le kabuki se caractérise par un jeu d’acteurs très codifié et par un décor, des costumes et des maquillages très élaborés. La première pièce du programme, Iromoyô Chotto Karimame (aussi appelée Kasane en l’honneur de l’héroïne), est un drame créé en 1823, qui impressionne par la perfection de sa composition esthétique et par la richesse de sa musique. La deuxième, Narukami, dont la première interprétation remonte à 1684, conte l’histoire d’un religieux bouddhiste malveillant que la princesse Kumonotaema met à l’épreuve de la luxure.

  • Dates : le 13 septembre à 19h30, le 14 septembre à 20h30, le 15 septembre à 15h30 & 20h30, le 16 septembre à 15h30, le 18 septembre à 20h30 et le 19 septembre à 20h30
  • Lieu : Chaillot – Théâtre National de la Danse à Paris (avec le Festival d’Automne à Paris)
  • Tarifs : 24€ tarif jeune (- 28 ans, étudiant) / 24€ tarif réduit (demandeur d’emploi, intermittent du spectacle) / 46€ tarif senior / 55€ tarif plein

TRIPLE BILL #1 : Coproduction franco-japonaise autour de la danse hip-hop

Présentation officielle : Construit en partenariat entre des artistes et des entités françaises et japonaises, ce projet va rayonner sur le territoire français et européen pendant plus de 20 dates, étalées sur 3 mois. La tournée débutera à Paris mais prendra place dans bon nombre de villes françaises. C’est grâce à Dominique Hervieu qu’est née cette rencontre entre deux cultures du hip-hop. Deux chorégraphes français, Jann Gallois et Kader Attou, ont été invités à chorégraphier pour 5 danseurs japonais. Ce double bill hip-hop, composé de deux pièces courtes inédites, fera dialoguer les univers singuliers des chorégraphes. Les Tokyo Gegegay (cf. photo ci-contre), compagnie renommée au Japon, vont les rejoindre pour un triple bill afin de proposer une esthétique très différente et peu connue en France. Ce plateau partagé confirmera que le hip-hop est aujourd’hui une danse plurielle portée par des auteurs aux sensibilités et démarches très contrastées, mais qui peuvent être partagées.

Détails de la tournée (pour septembre) :

  • 18/09 : Paris, Chaillot – Théâtre national de la danse, 19h45, tarifs allant de 8€ à 37€
  • 19/09 : Paris, Chaillot – Théâtre national de la danse, 19h45, tarifs allant de 8€ à 37€
  • 20/09 : Paris, Chaillot – Théâtre national de la danse, 20h30, tarifs allant de 8€ à 37€
  • 21/09 : Paris, Chaillot – Théâtre national de la danse, 19h45, tarifs allant de 8€ à 37€
  • 25/09 : Caluire-Et-Cuire (banlieue de Lyon), Radiant-Bellevue, 20h30, tarifs de 12,50€ à 25€
  • 26/09 : Caluire-Et-Cuire (banlieue de Lyon), Radiant-Bellevue, 19h30, tarifs de 12,50€ à 25€
  • 27/09 : Caluire-Et-Cuire (banlieue de Lyon), Radiant-Bellevue, 20h30, tarifs de 12,50€ à 25€
  • 28/09 : Caluire-Et-Cuire (banlieue de Lyon), Radiant-Bellevue, 20h30, tarifs de 12,50€ à 25€

À voir les mois suivants dans les villes de : Échirolles, Saint-Étienne, Chambéry, Nanterre, Rouen, Brest, La Rochelle & Albi

SAMBASÔ, danse divine interprétée par Mansaku, Mansai et Yuki Nomura, conçue par Hiroshi Sugimoto

Présentation officielle : Hiroshi Sugimoto poursuit son exploration du théâtre , du bunraku et du kyôgen avec deux pièces interprétées par Mansaku Nomura et Mansai Nomura, dont le talent est mondialement salué. À côté de sa carrière de photographe et de plasticien, Hiroshi Sugimoto est scénographe dans le spectacle vivant et s’intéresse au grandes traditions de l’art dramatique japonais. C’est ainsi qu’il a expliqué en 2013 “La logique de la tradition est de se réécrire sans cesse au présent“. Si Sambasô porte le sous-titre de “danse divine“, c’est parce que cette pièce se réfère à une danse sacrale qui renvoie aux premiers temps de l’humanité au Japon. Cette pièce est complétée par Tsukimi-Zatô (“L’aveugle qui admire la lune“) et met en scène des infirmes faisant l’objet de persécutions. Dans des décors réalisés à partir de photographies de Hiroshi Sugimoto, et avec des costumes de sa confection, Sambasô symbolise le credo de l’artiste, qui est convaincu que les arts de la performance représentent “l’étape suprême de l’art, celle où il refuse de devenir objet“.

  • Dates : du 19 au 25 septembre (6 représentations au total)
  • Lieu : Espace Cardin (Théâtre de la Ville), Paris
  • Tarifs catégorie 1 : 10€ tarif jeune (- 14 ans) / 20€ tarif jeune (- 30 ans), 22€ tarif réduit (intermittent, demandeur d’emploi) / 32€ tarif plein
  • Tarifs catégorie 2 : 10€ tarif jeune (- 14 ans) / 20€ tarif jeune (- 30 ans) / 22€ tarif réduit (intermittent, demandeur d’emploi)/ 27€ tarif plein

Cycle de théâtre contemporain : “The Dark Master” mis en scène par Kurô Tanimo

Présentation officielle : Osaka, un randonneur entre dans un modeste restaurant local. Le propriétaire, aussi excentrique qu’asociale, lui propose de prendre sa place en tant que chef grâce à un écouteur, permettant au propriétaire de rester à l’étage en donnant des indications à distance. Il disparait alors, et voit tout sans être vu. Le Maître de l’Ombre, cuisinier hors pair, enseigne ses secrets à son élu, et l’insolite duo fait alors renaitre la boutique de ses cendres. Entrent en scène la prostituée préférée du propriétaire ou encore un client chinois à l’affût du rachat de commerce, deux personnages-clé qui creusent les idées de dépossession du patrimoine japonais et les rapports de domination. Un théâtre de feu et d’obscurité, de bruit et de silence, d’odeurs envoûtantes, qui révèle avec éclats les paradoxes de notre condition humaine.

  • Dates : jeudi 20 septembre à 20h, vendredi 21 septembre à 20h, samedi 22 septembre à 18h, dimanche 23 septembre à 16h & lundi 24 septembre à 20h
  • Lieu : Théâtre de Gennevilliers, banlieue de Paris
  • Tarifs : 12€ tarif réduit (locaux, étudiants, intermittents, – 30 ans, demandeurs d’emploi) / 18€ tarif réduit (habitants Haut-de-Seine) / 24€ tarif plein

Cycle de théâtre contemporain (lecture) : “Blue Sheet” de Norimizu Ameya

Présentation officielle : Plasticien, artiste, acteur et auteur dramatique, Norimizu Ameya a écrit Blue Sheet en s’inspirant des échanges qu’il a eus avec des élèves du lycée Iwaki (Fukushima). En janvier 2013, alors que le souvenir de la catastrophe demeure encore vif, cette pièce est jouée pour la première fois lors d’une représentation du club de théâtre du lycée, mise en scène par Ameya. L’oeuvre met en lumière 10 lycéens et a reçu le 58ème prix de théâtre Kunio Kishida en 2014. Des fragments de conversations et des monologues évoquent avec fougue le quotidien de ces jeunes d’Iwaki, et les souvenirs indélébiles laissés par le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire de 2011. À Paris, de jeunes artistes feront une lecture de la pièce.

  • Date : 22 septembre 2018
  • Lieu : Espace Cardin (Théâtre de la Ville), Paris
  • À noter : Tarifs pas encore disponibles (réservations à venir)

Cycle de théâtre contemporain (lecture) : “La promenade des envahisseurs” de Tomohiro Maekawa

Présentation officielle : Représentée pour la première fois en 2005, La Promenade des envahisseurs est une des pièces les plus jouées de la compagnie théâtrale Ikiume dirigée par Maekawa. Adaptée au cinéma par le réalisateur Kiyoshi Kurosawa (titre français : Avant que nous disparaissions), le film est présenté dans la section “un certain regard” du Festival de Cannes 2017 et distribué dans plus de 20 pays. L’histoire se déroule dans une petite ville donnant sur la mer du Japon. Elle décrit la perplexité d’une femme faisant face à son mari qui, après avoir disparu plusieurs jours, revient complètement transformé. Dans la ville, des personnes souffrant de symptômes similaires apparaissent petit à petit… Cette pièce de Maekawa exprime sa perception profonde de l’être humain à travers les phénomènes étranges de la vie quotidienne.

  • Dates : 22 septembre 2018
  • Lieu : Espace Cardin (Théâtre de la Ville), Paris
  • À noter : Tarifs pas encore disponibles (réservations à venir)

Cycle de théâtre contemporain : “Avidya, L’Auberge de l’obscurité” mis en scène par Kurô Tanino

Présentation officielle : Au coeur des montagnes du Japon, dans une auberge dédiée aux bains traditionnels, deux marionnettistes arrivés de Tokyo attendent le propriétaire pour présenter leur spectacle. Intrigués par ce nain et son fils au visage impassible, les villageois s’en approchent peu à peu. Dans les vapeurs fiévreuses, les langues se délient, les esprits s’agitent, les destins se réalisent. Il est dit que l’auberge Avidya a le sien tout tracé, condamnée à la démolition pour laisser place à une nouvelle ligne de chemin de fer. Dans ce huis-clos cinétique, c’est la fin d’un monde auquel on assiste, et le spectacle des êtres qui la traversent, dans toute sa palette d’émotions, de l’angoisse à la volupté. Outre un puissant hommage au Japon profond de ses ancêtres, Kurô Tanino nous offre un voyage dans le ventre de nos désirs, aux confins des non-dits.

  • Dates : mardi 25 septembre à 20h, mercredi 26 septembre à 20h, jeudi 27 septembre à 20h, vendredi 28 septembre à 20h & samedi 29 septembre à 18h
  • Lieu : Théâtre de Gennevilliers, banlieue de Paris
  • Tarifs :  9€ tarif réduit (locaux) / 12€ tarif réduit (étudiants, intermittents, – 30 ans, demandeurs d’emploi) / 18€ tarif réduit (habitants Haut-de-Seine) / 24€ tarif plein

“Sous les fleurs de la forêt de cerisiers” mis en scène par Hideki Noda

Présentation officielle : Sous les fleurs de la forêt de cerisiers par Hideki Noda est une oeuvre-phare de sa carrière artistique. Il la crée à 33 ans, en 1989, avec sa compagnie Yumeno Yuminsha fondée quand il était étudiant. En prenant pour point d’ancrage deux textes courts d’Ango Sakaguchi, Hideki Noda évoque, à la manière d’un conte, la première guerre de succession de l’histoire du Japon (la guerre de Jinshin) qui a lieu en 672. Avec une signature contemporaine colorée et espiègle, cette pièce fantastique nous transporte dans un Japon ancien où les onis (ce mot est traduit « démons » en français mais, il représente une entité spécifique au Japon, une créature d’une forme différente de la nôtre) côtoient au quotidien les humains. C’est l’une des premières pièces où Hideki Noda propose une réflexion sur l’État, le système impérial et la possibilité d’une réécriture de l’Histoire.

  • Dates : vendredi 28 septembre à 20h30, samedi 29 septembre à 19h45 & dimanche 30 septembre à 15h30 (+ 2 représentations les 2 & 3 octobre)
  • Lieu : Théâtre National de la Danse – Chaillot, Paris
  • Tarifs (hors abonnements) : 8€ tarif réduit (bénéficiaire de minima sociaux) / 11€ tarif réduit (- 18 ans) / 13€ tarif réduit (demandeurs d’emploi, 18 à 27 ans) / 29€ tarif réduit (+ 65 ans) / 37€ tarif plein

Tokyo Hit – Vol.3 – soirée electro “Japonismes 2018”

Présentation officielle : Pour cette édition de Tokyo Hit, la Maison de la culture du Japon à Paris s’associe cette année encore au collectif Take Hit. Après Ken Ishii en 2017, Tokyo Hit invite cette fois Takkyû Ishino, pionnier de la musique techno au Japon. Membre de Denki Groove, Takkyû Ishino est à l’origine de WIRE, une rave annuelle qui rassemblait tous les amoureux de la techno de 1999 à 2013 au Yokohama Arena. Depuis 1995, il mixe également en solo au Japon comme à l’étranger, notamment à Berlin où il a joué devant 1,5 million de personnes. S’inspirant de la techno, la trance allemande et l’acid house, il s’est conçu un style personnel. Son univers coloré et légèrement inquiétant ne manquera pas de créer une ambiance électrisée durant cette nouvelle édition de Tokyo Hit. Cette soirée accueillera également d’autres cartistes comme A.Mochi, Mon.To et Mirka.

  • Date : 28 septembre 2018
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris (+ Before au Centre Pompidou à 20h30)
  • Tarifs : 14€ tarif adhérent et pré-vente Early Bird / 16€ tarif pré-vente classique / 18€ tarif sur place

“YÛGEN, Nô x images en 3D” mis en scène par Amon Miyamoto

Présentation officielle : Fusionnant théâtre et images numériques en 3D, Amon Miyamoto présente un spectacle novateur joué par des maîtres de la célèbre école de appelée Kanze. Le projet combine des extraits de Shakkyô et de Hagoromo, pièces majeures du répertoire classique du , avec des images en 3D de paysages japonais, pour nous transporter dans un Japon chimérique. Les spectateurs seront invités à porter des lunettes spéciales pour apprécier pleinement ce en 3D, plongeant ainsi dans une création culturelle inédite alliant arts traditionnels japonais et technologies de pointe.

  • Date : non communiquée
  • Lieu : non communiqué
  • À noter : ce spectacle est accessible uniquement sur invitation

<< Fabrique Chaillot >> Yasutake Shimaji

Présentation officielle : La « Fabrique Chaillot » est un programme de résidence créé en 2017 par Chaillot – Théâtre national de la Danse pour accompagner de jeunes chorégraphes et danseurs français et étrangers. Yasutake Shimaji, danseur et chorégraphe, est le premier Japonais à y participer. Shimaji s’est produit dans les compagnies de danse les plus réputées d’Europe. Son pouvoir de création et de techniques hors pair lui a permis d’acquérir une excellente réputation. Il résidera pendant environ un mois à Paris en compagnie de deux danseurs, Tomohiko Tsujimoto, Kenta Kojiri et d’un musicien Naoto Oka et se consacrera à la conception d’une nouvelle œuvre chorégraphique. Cette dernière prendra pour thème les onomatopées, dont il existe plus de 4 500 sortes dans la langue japonaise.

  • Dates : du 28 septembre au 2 novembre 2018
  • Lieu : Théâtre national de la danse – Chaillot, Paris
  • À noter : ce spectacle est destiné à une résidence de création chorégraphique, il n’est donc pas accessible au public

Audiovisuel 

Temps fort autour du Japon à la télévision

Présentation officielle : Une vaste programmation autour du Japon a été planifiée sur la chaîne ARTE. Au programme : des documentaires, des films, des récits de voyages… Ce panorama dévoilera les différents aspects du mode de vie du peuple japonais tels que les enjeux sociétaux, les richesses artistiques, les mœurs ainsi que les diverses valeurs et les codes culturels du pays. Notez que l’équipe de CKJ vous a d’ailleurs concocté un récapitulatif complet et détaillé de tout ce qui passera à l’écran sur la chaine ARTE cette semaine, de quoi trouver votre bonheur et pouvoir vous poser devant votre télévision pile à l’heure pour le programme que vous désirez regarder. Notez que si vous n’êtes pas disponibles pour la diffusion, les rediffusions de tous les reportages et émissions seront disponibles sur le site internet de la chaine.

  • Dates : du 1er au 7 septembre
  • Chaîne : ARTE
  • À noter : accessible à toute personne disposant de la chaîne ARTE, et en replay sur leur site officiel

100 ans de cinéma japonais

Présentation officielle : Cette rétrospective propose de retracer l’histoire du cinéma japonais de 1920 à 2018 à travers 119 films sélectionnés par un jury d’experts franco-japonais. Le programme, en trois temps, comprendra des œuvres parfois inconnues en France et pourtant fondatrices du cinéma japonais moderne et contemporain. Certaines œuvres pourront aussi être visionnées aux Cinémathèques de Toulouse et de Nice, au Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul et à l’Institut Lumière de Lyon. Le premier volet qui ouvrira la rétrospective présentera, à la Cinémathèque française en septembre et octobre 2018, quelques 27 films des années 1920 à 1940 avec l’ambition de couvrir les prémices du cinéma japonais jusqu’au début de son âge d’or. Des musiciens et bonimenteurs accompagneront les projections de films muets afin de faire honneur aux artistes qui savaient donner vie à ce tout nouveau 7e art. Notez également que ce projet cinématographique se prolongera jusqu’en mars 2019.

Détails des films diffusés en septembre (à la Cinémathèque française, Paris)  :

  • Le courant chaud de Kozaburo Yoshimura (1939) : jeudi 27 septembre à 14h30
  • Chants de tourtereaux de Masahiro Makino (1939) : jeudi 27 septembre à 17h15
  • Monsieur Merci de Hiroshi Shimizu (1937) : jeudi 27 septembre à 22h
  • Le policier de Tomu Uchida (1933) : vendredi 28 septembre à 19h30
  • Mon épouse et la voisine de Heinosuke Gosho (1931) : vendredi 28 septembre à 22h
  • Raiden de Shozo Makino et Sadatsugu Matsuda (court-métrage de 1928) : vendredi 28 septembre à 22h
  • Le sabre pourfendeur d’hommes et de chevaux de Daisuke Ito (court-métrage de 1929) : vendredi 28 septembre à 22h
  • Les cinq éclaireurs de Tomotaka Tasaka (1938) : samedi 29 septembre à 19h30
  • L’armée de Keisuke Kinoshita (1944) : samedi 29 septembre à 21h30
  • Le fil de la cascade de Kenji Mizoguchi (1933) : dimanche 30 septembre à 17h15
  • Ma mère dans les paupières de Hiroshi Inagaki (1931) : dimanche 30 septembre à 19h30
  • Les carnets de route de Chuji de Daisuke Ito (1927) : dimanche 30 septembre à 21h30

Lieu : Cinémathèque française, Paris

Tarifs (pour chaque film) : 1€ tarif abonnés Libre Pass / 3€ tarif enfant CinéFamille / 5€ tarif adulte CinéFamille et abonnés bibliothèque / 5,50€ tarif – 26 ans / 7€ plein tarif

Art de vivre

Penser la culture culinaire japonaise – “Banquet fantôme” Festival extra !

Présentation officielle : En plus de déguster la cuisine japonaise, plusieurs événements inviteront à réfléchir sur cette dernière. Des débats et des colloques permettront de s’interroger sur ce qui fait l’es¬sence même de cette cuisine et de s’intéresser aux rapports entre gastronomie et art, à la cuisine régionale comme ferment culturel, aux études interdisciplinaires sur l’alimentation, etc. Le programme s’articulera en trois volets. S’intéressant aux « fantômes et revenants » très présents dans la culture et les arts du Japon, des spécialistes français et japonais échangeront sur ce thème au cours d’un dîner auquel est convié le public. Le chef Sugio Yamaguchi, qui dirige le restaurant Botanique à Paris, s’inspirera de ce thème pour imaginer des plats créés pour cette occasion. Conçu par l’écrivaine Ryoko Sekiguchi, cet étonnant Banquet retrouve les formes anciennes du colloque, et fusionne la cuisine japonaise avec le monde des idées et de la création. Le Banquet fantôme s’inscrit dans la programmation du festival Extra ! consacré aux littératures hors du livre.

  • Date : 8 septembre 2018
  • Lieu : Centre Pompidou, Paris
  • À noter : les places sont épuisées

Conférence – Création japonaise du “Soulier de satin”

Présentation officielle : Qu’est-ce que le Dialogue franco-japonais ? Durant Japonismes 2018 sera organisée une série de colloques, conférences et séminaires permettant de débattre entre Français et Japonais de l’évolution des échanges franco-japonais ou d’enjeux communs, dans des domaines variés. A chaque fois, une thématique – la littérature, les poèmes haïku, l’histoire, l’art, les sciences humaines et sociales, etc. – servira de fil conducteur et invitera les chercheurs français et japonais à réfléchir et à débattre de la portée et du sens que revêt la manifestation Japonismes 2018.

  • Date : 25 septembre à 18h
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon (Petite salle), Paris
  • Tarif : gratuit (sur réservation)

Mise en lumière spéciale de la tour Eiffel

Présentation officielle : Les illuminations de la tour Eiffel, symbole de Paris et de la France, restent des gestes artistiques forts prenant place dans le cadre d’événements de portée internationale, activement soutenus par les plus hautes autorités (Mairie de Paris, Ministère des Affaires étrangères ou encore Présidence de la République…). À l’occasion de Japonismes 2018, la Dame de fer sera parée pour la première fois des couleurs du Japon par deux conceptrices lumière de renommée internationale : Motoko Ishii, précurseur japonaise dans le monde du lighting design et sa fille Akari-Lisa Ishii, designer parisienne renommée. Si l’ambition de Japonismes 2018 est de donner à voir et à comprendre les différentes représentations de la beauté dans la culture japonaise et la sensibilité esthétique qui l’habite, l’installation artistique de la tour Eiffel en sera l’une des plus éclatantes réalisations.

  • Dates : 13 et 14 septembre 2018 (show son et lumière de 10 minutes en boucle)
  • Tarif : gratuit

Artisanat traditionnel – Takumi, un savoir-faire et un savoir de haut-niveau

Présentation officielle : En liaison avec l’Association de promotion des industries de l’artisanat traditionnel ( DENSAN), plusieurs produits seront sélectionnés parmi les produits d’artisanat traditionnel japonais (désignés par le ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, conformément à la loi pour la promotion des industries de l’artisanat traditionnel). La maîtrise technique et artistique inhérente à ces objets, de même que leur confort d’utilisation et leur beauté, seront présentés et expliqués en détail au public parisien. Pendant une semaine, des expositions d’objets artisanaux, des démonstrations et explications par les maîtres-artisans ainsi que des ateliers d’initiation seront organisés, et des lieux de vente seront également proposés. L’un des objectifs sera de présenter ce que pensent et ressentent les Japonais vis-à-vis de la fabrication et de l’utilisation des produits et ustensiles. Les sentiments renfermés dans ces objets de la vie quotidienne seront également présentés, ainsi que le mode de vie.

  • Dates : du 15 au 22 septembre 2018
  • Lieux : Maison de la culture du Japon à Paris & Espace Densan
  • Tarifs : non communiqués

Découvrir la culture culinaire japonaise – Tour des sakés à Paris

Présentation officielle : Organisé avec le concours de restaurants et de bars à vin, cet événement offrira des occa¬sions de goûter et d’apprécier la cuisine japonaise, le saké et le thé dans un grand nombre d’établissements de la capitale. Mise en relation de 24 producteurs de saké de diverses régions du Japon et autant de restaurants de genres différents, sélectionnés sur la base d’un appel à propositions. Une semaine spéciale sera organisée au cours de laquelle les chefs et sommeliers de ces établissements imagineront des cuisines qui se marient bien avec le saké et proposeront un « menu spécial Japonismes 2018 ». Ce projet, coordonné par Ryoko Sekiguchi, écrivain et traductrice vivant en France, présentera les différentes façons d’apprécier les charmes cachés du saké dans la culture française. Evénement préliminaire par le Salon du Saké.

  • Dates : du 29 septembre au 5 octobre 2018
  • Lieux (restaurants et cafés parisiens) : Enyaa (1er arr.), Breizh Café Montorgueil (2ème arr.), Jaja (4ème arr.), Grand Coeur (4ème arr.), Bonvivant (5ème arr.), Breizh Café Odéon (6ème arr.), Semilla (6ème arr.), Pavillon Ledoyen (8ème arr.), Lucas Carton (8ème arr.), Buddha-Bar Restaurant (8ème arr.), Le Bar d’Espace Japon (10ème arr.), Automne (11ème arr.), Le sot l’y laisse (11ème arr.), Botanique Restaurant (11ème arr.), Tempilenti (11ème arr.), Ground Control (12ème arr.), Maguey (12ème arr.), Etude (16ème arr.), L’huitrier (17ème arr.), An di an di (20ème arr.)
  • Tarifs : selon les marques de saké et établissements qui les servent, à voir sur place

Vous pouvez donc profiter de ce projet magnifique pendant des mois pour en découvrir un peu plus sur la culture du Japon, et peut-être vous prendre de passion pour certains artistes ou certains arts traditionnels !  Rappelons que si rien ne passe près de chez vous pour septembre, l’aspect audiovisuel du projet permet à distance et de chez vous de regarder des reportages, documentaires ou films sur le Japon. Retrouvez le programme complet de la chaîne ARTE pour les Japonismes 2018, du 1er au 7 septembre, dans notre article complet dédié !

Rendez-vous le mois prochain pour la programmation complète du mois d’octobre des Japonismes 2018 !

Source : Japonismes 2018 Officiel

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...