Home Corée du Sud [LIVE-REPORT] The Rose, par leur sensibilité de rockeurs, illuminent et inspirent le Bataclan !

[LIVE-REPORT] The Rose, par leur sensibilité de rockeurs, illuminent et inspirent le Bataclan !

by Okame

Le 12 novembre au Bataclan, la veille d’une date déchirante, d’une vieille blessure encore ouverte à vif, une date donc sensible, difficile à dompter pour des artistes qui doivent subjuguer une foule affectée, encore plus émotive qu’à l’accoutumée, un 12 novembre nerveux et agité que The Rose ont toutefois su parfaitement illuminer grâce à leur complicité avec le public et une maîtrise rare de leurs instruments et de leurs morceaux. 

Le rock band romantique n’en n’est pas à son coup d’essai en France ! Pour sa quatrième fois et grâce à une association avec MyMusicTaste, il décide de frapper fort avec la tournée mondiale We Rose You Live. La salle n’est pas tout à fait remplie que les Black Rose sont déjà en ébullition, prêts à accueillir le quatuor métamorphosé et surtout de retour dans la capitale tout juste une année après la tournée Paint In Rose en novembre 2018.

Woosung, Dojoon, Hajoon et Jaehyeong débarquent sur scène dans des costumes flamboyants pour assumer que la soirée sera placée sous le signe de l’émotion en interprétant la ballade I.L.Y. Et oui, The Rose veulent marquer le coup en déclarant leur amour aux fans, décidément bien fidèles. I.L.Y, c’est typiquement le morceau qui met tout le monde d’accord et qui permet de savourer l’harmonie entre les quatre instrumentistes, tout en se laissant bercer par le timbre de voix exceptionnel du leader Woosung. Le parti-pris émotionnel ne s’essouffle pas : le groupe enchaîne sur Insomnia, un titre qui honore la réputation très romantique de ses interprètes. La ballade au tempo modéré a l’air de plaire aux fans qui se délectent de cette mise à nu aussi rapide. The Rose n’ont pas pour habitude de faire dans la demi-mesure : la sincérité est leur maître-mot et on salue cette exposition habile et authentique de leur affection.

Le groupe revêt à merveille la casquette du poète romantique, et l’organisation de la setlist en est une noble illustration. I Don’t Know You prend la relève, et le côté plus pêchu et plus rythmé des riffs de guitare électrique sont bien la preuve que derrière leur côté mélo-romantique, les quatre artistes sont des musiciens faits pour le live ! Si The Rose aspirent déjà à être magistraux sur les versions studios, sur les performances live, ils ne sont que plus dévoués et passionnés. Aucun doute, The Rose sont des rockeurs accomplis, même s’il faut encore attendre quelques morceaux pour être pris au dépourvu par l’esprit raw et déchaîné de rockeurs qui n’ont pas peur de mettre de côté le pop-rock ou folk pour s’essayer à l’alternatif. Les compliments ne cessent plus !

Candy (So Good) est à l’image des membres de The Rose : ils ont de la névrose en eux mais préfèrent de loin l’espoir d’un amour éternel, pur et souriant. Le “You look so good” du refrain et le thème entraînant de la guitare diffusent un parfum de délicatesse dans la salle. The Rose sont les nouveaux tisseurs de dentelle, et leur fraîcheur fait du bien ! La petite chorégraphie créée par le fanclub se joue même dans la fosse, bien appréciée du public et du groupe. La performance a aussi droit à un petit duo de guitare-basse délicieux pour les oreilles. 

Dojoon et Woosung prennent la parole pour saluer les fans à l’occasion du premier discours de la soirée. Malheureusement, Woosung semble s’être ouvert le doigt en début de concert à cause des cordes de la guitare et ne cesse alors de s’essuyer. Très vite, le chanteur est amené à parfois délaisser son instrument pour éviter d’intensifier son écorchure. Toutefois, ce petit incident n’a aucune répercussion sur le concert : Woosung alloue à merveille sa renommée de frontman

The Rose continuent sur leur lancée avec Beautiful Girl, un titre porté par les harmonies entre Hajoon et Woosung et par le charme de la voix et du sourire du claviériste Dojoon, qui s’amuse avec le public et n’hésite pas à lancer des sourires aux fans sur le balcon. Les fans ont de la chance ! Il aura fallu attendre 3 jours seulement pour écouter de nouveau le morceau, sorti officiellement sur les plateformes, et surprise en plus, en collaboration avec Peniel (BTOB).

Tantôt claviériste, tantôt guitariste, Dojoon finit d’ailleurs par troquer son piano pour une guitare acoustique sur Like We Used To. The Rose s’accordent un moment cappella avec l’audience. La douceur est de prime : mélancolique ou nostalgique, la signature musicale The Rose n’a pas peur de revendiquer sa candeur. Jaehyeong est attendri par l’implication des Black Rose qui ne cessent de chanter, de soutenir les artistes et de les acclamer à coup de Seven Nation Army, footstompings et cris en tout genre. “Incroyable”, c’est en définitive l’adjectif que Woosung adopte pour qualifier le public, bien décidé à lever les lightsticks le plus haut possible. D’ailleurs, le groupe connaît quelques petites difficultés techniques, que les ingénieurs son prennent en charge. En bons musiciens, The Rose camouflent parfaitement ces petits soucis qui n’entachent en rien le rendu de la performance. 

Les sonorités folk-rock propres au morceau California ne manquent pas de nous faire voyager ! Dojoon touche les étoiles avec des high notes subtiles et le groupe chante la ‘jeunesse et la fougue’. The Rose prouvent que fouler le parquet est un bon moyen de véhiculer des messages d’espoir, ce que l’audience ne se refuse pas. Le quatuor insuffle un vent de liberté dans la salle, salle qu’il s’évertue à emmener sur sa route personnelle et surtout, jusqu’à ses racines. Sans aucune pudeur, les musiciens exposent leurs influences, leur roots, du folk jusqu’à la pop. She’s In The Rain ne manque pas d’émouvoir chaque fan. Terriblement puissant, le morceau est bouleversant et il est clair qu’il risque de faire de ce 12 novembre une soirée inoubliable pour les Black Rose. Rappelez-vous, le groupe nous la conseillait lors d’une interview l’année dernière comme l’une de ses plus iconiques, et force est d’admettre qu’elle prend tout son sens sur scène. 

“Prendre son temps”, “profiter de chaque instant”, voilà les crédos de Dojoon, avide d’encore plus de complicité avec ses fans. Régler le son, soigner les petits bobos ou profiter d’un moment d’échange avec les fans, plus que jamais envahis par les nuances émotionnelles du concert. Voir la vie en rose, ce serait bien une phrase qui irait à merveille aux The Rose ! L’amour et la passion sont au rendez-vous avec I.L.Y.S.B, une reprise de LANY que Woosung avait déjà eu l’occasion d’interpréter dans une cover épatante sur le show Super Band. I.L.Y.S.B permet aux curieux d’être surpris par la capacité des The Rose à reprendre des titres en anglais, et vous emporte dans un voyage aussi inattendu qu’agréable. A l’évidence, les musiciens éprouvent un grand respect pour les titres qu’ils interprètent et pour les artistes qui les motivent à continuer sur la voix indie. 

Pour autant, The Rose sont eux-même explorateurs et se plaisent à sortir de leurs carcans, alors quand une version remastérisée de Hollywood’s Bleeding de Post Malone résonne, on est convaincu que le groupe est capable de se réapproprier n’importe quel genre, même jusqu’au hip-hop ! Breakeven est bien l’une des chansons que The Rose ont l’habitude de jouer. The Script auraient du soucis à se faire tant The Rose resplendissent sur cette performance. Remonter le temps de l’univers pop-rock, c’est peut-être l’objectif du groupe. On vous parlait plus tôt de racine, et bien, on est au moins sûr que le groupe n’a pas oublié de revenir dans les 60’s avec une reprise succulente de l’incontournable Hey Jude des britanniques The Beatles. Jaehyeong aurait pu craindre de devoir s’affirmer comme la progéniture du prodige John Lennon, à l’origine même du morceau. Pourtant, son petit solo soutenu par les vocalises du public dépote ! La séquence “pianiste virtuose” de Dojoon ne passe pas inaperçu et l’audience semble comblée par une reprise inattendue qui rappelle aux parents présents dans la salle une époque lointaine et qui unit tout le monde sur un refrain historique. 

La performance qui suit n’obéit qu’à un mot : sublime. Dojoon se lance dans une reprise en solo de Hold Back The River de James Bay. Sur une bande musicale pré-enregistrée, Dojoon est seul avec sa guitare sur scène et interprète avec une grande sensibilité ce titre qui en émeut plus d’un. Le jeune homme est d’un talent et d’un charisme précieux. Une chose est sûre, c’est que le lien indéfectible entre les membres de The Rose tient bien de cet équilibre et de cet amour pour la musique. L’acoustique est de service, pour le plus grand bonheur de notre ouïe ! Hajoon et Jaehyeong débarquent alors sur scène pour assurer à leur tour la reprise du titre de Before You Exit Soldiers. Installés sur des chaises, les deux artistes s’accompagnent de guitares, loin d’être leurs instruments de prédilection habituels. Pourtant, la reprise exauce les vœux des fans, ceux de profiter d’un grand instant de douceur avec des artistes qui ne sont pas toujours au centre de l’attention. Hajoon fait fortune sur ce live : les fans le découvrent sous un nouveau jour, comme ils ne l’ont jamais vu auparavant. Les harmonies sur le refrain sont sublimées par la voix à l’unisson d’un public fasciné. En bref, la performance est fidèle à la sensibilité du groupe et dépasse de loin nos attentes ! La salle est incontestablement séduite et touchée de plein fouet par l’humanité qui émane de l’instant. 

Et parce qu’une fois n’est pas coutume, les fans surprennent Jaehyeong en lui souhaitant un “joyeux anniversaire”, 10 jours après la date effective de son anniversaire. Le jeune homme en est clairement ravi, puisqu’il apprécie de fêter son anniversaire “une fois encore”.

Changement d’ambiance quand Woosung se lance sur scène pour interpréter ses derniers titres solo en date, Moon et Face. La basse groovy de Face pousse l’interprète, séducteur et téméraire à descendre de scène pour être au plus proche de son public ! Et même si une barrière le sépare des Black Roses, Woosung profite de pouvoir offrir à ses fans des poignées de mains qu’ils n’oublieront sûrement pas. On salue d’ailleurs ce petit moment pop qui plonge la salle dans une atmosphère déchaînée : les acclamations sont de rigueur. Même sans sa guitare, Woosung parvient à prendre possession de la scène, avec un charisme qui ne finit plus de lui apporter une reconnaissance grandissante. 

Hajoon, Dojoon et Jaehyeong remontent sur scène avec les T-shirts à l’effigie de la tournée, et les imitations de Face sont lancées ! A votre avis, à qui revient le titre du meilleur saut, Jaehyeong ou Woosung ? Alors que ce dernier se change en coulisses, Dojoon prend le micro pour expliquer qu’un petit cadeau, une photo polaroïd du groupe, attend à la sortie de la salle les fans sélectionnés par le tirage au sort d’un numéro, attribué lors de la distribution des bracelets dans la file d’attente.

Hajoon s’amuse d’ailleurs des exclamations que poussent les fans. Même si les moments d’interaction sont courts, ils n’en restent pas moins sincères ! 

Une toute autre impulsion est donné au concert quand les quatre jeunes hommes reprennent leurs places pour entamer les festivités avec Photographer et OMG. Au programme : sauts et fougue. OMG est un moment qu’il faut absolument saluer : le groupe explore un rock plus alternatif, plus heavy ! Les cheveux volent, les doigtés sont déchaînés, la ligne de basse est profonde et la batterie marque le coup de grâce en réunissant tout le monde. S’en suit un chant typique des supporters français en tout genre avec un “On n’est pas fatigué” à l’unisson. La surprise est des deux côtés, ceux qui triomphent sur scène sont eux aussi étonnés par l’entrain de la foule française. The Rose sont bien des aficionado du rock, alors quand Seven Nation Army fait de nouveau son apparition, le groupe prend les commandes en reprenant l’instrumental. D’ailleurs, Dojoon déclare qu’il ne sait pas quoi dire à chaque fois qu’il fait escale à Paris ! 

Malgré l’ambiance qui est à son climax, et qui ne cesse de monter crescendo, la fin du concert approche.. Avec Can’t Let Go, Baby et Sorry, la passion est à son apogée. Alors que le jeu lumière sur Can’t Let Go est drôlement appréciable, Baby déchaîne les foules. Avec son tempérament de feu, Baby s’octroie un tonnerre d’applaudissements que le groupe savoure.

Si The Rose jouent de leur image parfois rebelle de “bon genre”, ils savent surtout lâcher-prise sur des titres qui leur tiennent à cœur, dont Sorry, le bambin de leurs débuts, qui démarre sur un prélude au piano émouvant. Take Me Down n’est pas sans reste : les fans l’attendaient et sont servis. Les bannières sont levées, Dojoon puise dans ses tripes pour s’essouffler sur une dernière note tenue intense, qui hérisse les poils de tous… 

Et parce que le groupe ne semble pas trop adepte du suspense, il adresse ses remerciements aux Black Roses avant de déclarer que la prochaine performance est la dernière. The Rose ne peuvent s’en aller sans avoir interpréter leur dernier titre Red. Les flashs se colorent de rouge et fans comme artistes profitent de ce moment d’exception, où la mélodie entêtante en devient envoûtante, à tel point que pendant la prise de photo et les remerciements finaux, Red continue d’être soufflé. Les fans ne sont pas prêts à laisser partir The Rose, quitte à perpétuer le refrain de Red jusqu’à ce que les lumières se rallument.

En bref, ce 12 novembre laisse une bouffée d’air frais au Bataclan qui mérite bien d’être illuminé de cette manière dans un moment aussi rude. Même si le groupe n’en n’a peut-être pas eu totalement conscience, il a réussi à inspirer pour un court moment des fans qui ressentaient probablement le besoin de se réunir. Romantiques à souhait, sensibles et authentiques, et surtout plus enjoués qu’à l’Alhambra il y a un an, The Rose ont choisi d’emprunter un chemin délicieux, exaltant pour les sens et pour l’imagination. On ne peut que saluer le mérite de ce show qui a été exécuté avec brio et qui a redonné au Bataclan ses lettres de noblesses la veille d’une journée que beaucoup aimeraient effacer. Pour une quatrième fois en France, malgré quelques soucis pratiques et une discographie bien connue de tous, The Rose ont su puiser dans cette sincérité pour se réinventer et assurer un spectacle qui aura tirer les larmes aux yeux de la grande majorité du public. 

Un grand merci à MyMusicTaste pour l’invitation et à The Rose pour ce sublime concert !


Setlist :

1. I.L.Y
2. Insomnia
3. I Don’t Know You
4. Candy (So Good)
5. Beautiful Girl
6. Like We Used To
7. California
8. She’s In The Rain
9. I.L.Y.S.B (reprise de LANY)
10. Hollywood’s Bleeding (reprise de Post Malone)
11. Breakeven (reprise de The Script)
12. Hey Jude (reprise de The Beatles)
13. Hold Back The River (reprise de James Bay par Dojoon)
14. Soldier (reprise de Before You Exit par Hajoon et Jaehyeong)
15. Moon (solo de Woosung)
16. Face (solo de Woosung)
17. Photographer
18. OMG
19. Can’t Let Go
20. Baby
21. Sorry
22. Take Me Down
23. Red

You may also like