Blog post

[CULTURE] Les coréens célèbrent aujourd’hui leur alphabet, le hangeul !

Pour les coréens, la journée du 9 octobre est particulière. En effet, celle-ci est dédiée à la fête de l’alphabet coréen !

Même si cela peut sembler étrange pour nous qui ne fêtons pas l’invention de notre alphabet, les coréens prennent leurs traditions et leur histoire très au sérieux.

C’est pourquoi nous allons vous expliquer grâce à cet article tout ce qu’il faut savoir sur cette journée si spéciale !

Caractères chinois

Au début du XVème siècle, le peuple coréen utilisait les caractères chinois pour écrire. Ces symboles sont connus sous le nom de “Hanja” et sont parfois encore occasionnellement utilisés, surtout dans sur les calendriers. Puisque le coréen est radicalement différent du chinois, il était très difficile pour les coréens d’utiliser couramment le “Hanja”, créant un fort taux d’illettrisme. Cela était seulement réservé à une élite qui apprenait à lire et écrire.

Le Roi Sejong

Contrairement à l’alphabet français qui a évolué dans le temps jusqu’à devenir ce que nous connaissons aujourd’hui, l’alphabet coréen a été créé plutôt tardivement par le roi Sejong.

Ce roi est le quatrième de la dynastie Joseon et a régné de 1418 à 1450. A partir de 1440, un comité d’érudits mandaté par le roi Sejong a créé les lettres qui composent l’alphabet coréen.

Le roi Sejong, aussi appelé “Sejong le Grand”, est un personnage important dans l’histoire coréenne. Il était très intéressé par la littérature, la science et la technologie. C’est ainsi qu’il s’est mis en tête de créer une écriture qui puisse retranscrire la langue coréenne, intelligemment pensée de façon scientifique et créative.

4 ans après le début des travaux de ses érudits, en 1444, l’alphabet coréen a été terminé. Celui-ci ne s’appelait pas encore “hangeul” à l’époque, mais “Hunminjeongeum“, qui signifie “le son juste pour l’enseignement du peuple”.

Le manuel du “Hunminjeongeum” a même été inscrit au patrimoine des Mémoires du Monde à l’UNESCO en octobre 1997.

Pour son engagement actif dans la progression de la société et sa générosité, le roi Sejong est très respecté en Corée. On retrouve aujourd’hui une grande statue à son effigie en plein cœur de Séoul et son portrait est imprimé sur les billets de 10 000 wons.

Le hangeul

Contrairement au “hanja”, les consonnes et voyelles du hangeul sont particulièrement faciles à apprendre.

Selon Jeong Inji dans le premier guide de l’écriture et de la prononciation de l’alphabet coréen :

“Un savant peut connaître cet alphabet avant la fin de la matinée; un homme stupide peut l’apprendre en l’espace de dix jours.”

Le mot hangeul signifie “grand alphabet” ou encore “première écriture de l’univers”. En 1444, le hangeul était composé de 28 lettres. Aujourd’hui, quatre lettres ont été abandonnées pour ne regrouper plus que 24 voyelles et consonnes.

Dans cet alphabet, les voyelles sont composées de lignes qui reprennent la forme de la bouche lorsque le son est prononcé. Les consonnes alternent les voyelles en se basant sur la combinaison de trois éléments, le ciel, la terre et l’humain. En plus de ces voyelles et consonnes, il y a également des lettres composées. Avec tout cela, il est possible de réaliser jusqu’à 40 combinaisons de lettres.

L’utilisation du hangeul

Malgré les bénéfices liés à l’utilisation de cet alphabet pour toutes les classes sociales, en 1504, l’écriture a presque disparu. L’élite que composait la société voulait préserver son statut privilégié et souhaitait que l’écriture et la lecture soient seulement réservées à la haute société. C’est ainsi que le roi Yeonsangun, le successeur du roi Sejong, a fait interdire l’utilisation du hangeul et a fait fermer les centres qui permettaient l’apprentissage de cet alphabet. Deux ans après, le nouveau roi Jungong a même supprimé le ministère de l’écriture du manuel “Hunminjeongeum”.

Ce n’est qu’au XIXème siècle que le hangeul est revenu au goût du jour notamment grâce à son rôle dans le renforcement du sentiment national pendant l’occupation japonaise de la péninsule coréenne. Même si à la fin de l’occupation les caractères chinois étaient tout de même utilisés, notamment dans les journaux, ils étaient petit à petit mélangés au hangeul.

Ce n’est qu’en 1970 que l’utilisation du hangeul est devenue plus courante que les caractères chinois, et ce jusqu’à aujourd’hui.

Journée du hangeul

Même si sa date a beaucoup changé après sa première célébration en 1926, depuis 1945 les coréens la fête donc le 9 octobre. C’est une journée d’autant plus importante que celle-ci est fériée pour les travailleurs depuis 2012.

A Séoul, pour cette journée, il n’est pas rare de voir des milliers de personnes se rendre sous la statue dorée du roi Sejong sur la place Gwanghwamum, en face du palace Gyeongbok.

Dans cette même ville, il y a également le musée national du hangeul qui permet de revivre l’histoire de la création de l’alphabet et de participer à diverses activités. Pour approfondir ses connaissances sur le règne du roi Sejong, le centre commémoratif du roi Sejong et le centre Sejong Iyagi permettent de se plonger dans son histoire.

Les coréens plébiscitent également leur belle écriture autour d’ateliers de calligraphie organisés en ce jour.

Et en Corée du Nord ?

Au dessus de la DMZ, la journée du hangeul est célébrée, non pas le 9 octobre, mais le 15 janvier. Et celle-ci ne se nomme pas “Hangeul Day”, mais “Chosongul Day“.

Quelques mots en hangeul !

Grâce au hangeul, il est donc possible de retranscrire toutes les langues du monde à travers les lettres qui le compose ! Voici quelques mots que nous venons de voir dans l’article, écrits en coréen :

한글날 = Journée du hangeul

한글 = Hangeul

한국 = Corée

세종대왕 = Roi Sejong

훈민정음 = Hunminjeongeum

Source : lepetitjournal / seodang / seoulsync / culturequote / mentalfloss / inside-corea / visitkorea / wingsunfurled-web / antiquealive

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...