Blog post

[JAPONISMES 2018] Ne ratez rien des événements à Paris en ce mois de janvier !

L’année 2018 est arrivée à sa fin, mais pas le projet Japonismes 2018 ! La série d’évènements qui vous amène de nombreuses expositions, spectacles, ateliers et autres manifestations sur la culture nippone depuis juillet dernier n’a pas fini de vous impressionner, puisque le projet se déroulera également sur une partie de 2019. Comme tous les mois, l’équipe de CKJ vous a préparé une récap’ complète de ce qui se passera au mois de janvier, pour que vous n’en ratiez pas une miette !

Pour rappel, le projet est divisé en quatre parties : les expositions, les spectacles vivants, l’audiovisuel et l’art de vivre. Ce mois-ci, aucun spectacle vivant n’est programmé mais vous pourrez vous rattraper avec tout le reste ! Autre particularité de ce mois de janvier : Japonismes 2018 sera concentré sur la ville de Paris, il faudra attendre les prochains mois pour revoir des évènements en province !

Expositions

KOHEI NAWA / Throne

Présentation officielle : Avec ce trône flottant, Kohei Nawa exprime son intuition selon laquelle les progrès fulgurants de l’informatique et de l’intelligence artificielle risqueraient à long terme de remplacer le pouvoir et l’autorité, instruments d’influence de la politique et de l’économie. L’oeuvre, inspirée des formes et des origines des chars utilisés en Orient lors des fêtes religieuses, est une combinaisons des derniers sytème de modelage 3D et de l’art de la dorure à la feuille, dont le savoir-faire fait écho à l’Egypte antique et aux collections du Musée du Louvres. Cette sculpture de 10,4 mètres de haut remet en question les notions de pouvoir, d’autorité qui se sont perpétuées dans le passé et interroge la notion de futur.

  • Date : jusqu’au 14 janvier 2019 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Belvédère sous la pyramide du Louvres, Paris
  • Tarif : gratuit

Meiji, Splendeurs du Japon impérial (1868 – 1912)

Présentation officielle : À l’occasion du 150ème anniversaire de l’ère Meiji (1868-1912), cette exposition mettra en lumière les nombreux bouleversements sans précédent survenus pour le Japon. Elle abordera différents aspects de la modernisation et de l’ouverture du pays, notamment l’internationalisation de sa production artistique. Elle rassemblera des cloisonnés, des objets de laque, des photographies, des textiles, des peintures, des bronzes, des céramiques, afin d’illustrer les mutations opérées dans la société et dans l’art en particulier. Elle fera découvrir de grands noms de l’art de la période, tels Kawanabe Kyosai ou Shibata Zeshin. Les liens entre artistes et créateurs au Japon et en Europe seront également évoqués par des rapprochements entre oeuvres japonaises et occidentales contemporaines.

  • Date : du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Musée national des arts asiatiques Guimet, Paris
  • Tarifs : gratuit – 18 ans, 18 à 25 ans ressortissants de l’UE, Pass Education / 6,50€ tarif réduit (18 à 25 ans non-ressortissants de l’UE, enseignants sans Pass Education) / 8,50€ tarif plein

Trésors de Kyoto : Trois siècles de création Rinpa

Présentation officielle : L’école Rinpa naît en 1615, lorsque le shogoun Tokugawa Ieyasu accorde à Kôetsu, célèbre calligraphe, potier et laqueur, l’autorisation de s’installer dans un petit village artisan au nord de Kyôto. Pendant 300 ans, le mouvement s’illustre par des personnalités innovantes qui se consacrent à la peinture et aux arts appliqués pour faire entrer la beauté dans la vie de tous les jours. Ces artistes avaient une relation spirituelle et esthétique, notamment à travers l’appréciation de la beauté classique. Cette exposition se concentrera plus particulièrement sur la production des artistes actifs à Kyôto, avec un choix de chefs-d’œuvre rarement présentés au public, y compris au Japon. Le point central est le paravent du Dieu du Vent et du Tonnerre, désigné « Trésor national » au Japon, qui sera exposé en Europe pour la 1ère fois. Seront également présentées des peintures en rouleau, des livres illustrés, des céramiques et des laques.

  • Date : du 26 octobre 2018 au 27 janvier 2019 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Musée Cernuschi, Paris
  • Tarifs : 7€ tarif réduit / 9€ plein tarif

Japon – Japonismes. Objets inspirés, 1967 – 2018

Présentation officielle : Dans le cadre de la saison Japonismes 2018 le Musée des Arts Décoratifs révèle au public la richesse de ses collections d’art japonais anciennes et contemporaines et met en lumière l’influence unique et continue du Japon sur la création artistique occidentale de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours. L’exposition apporte un témoignage éclairé sur les influences réciproques entre ces deux grandes nations artistiques que sont le Japon et la France. Elle est aussi une opportunité exceptionnelle de présenter de manière inédite un choix des plus belles pièces parmi les 10 000 que compte la collection, en l’enrichissant de contrepoints occidentaux créés dans son sillage et d’oeuvres prêtées par le Japon. Déployée sur 2 200 m², l’exposition couvre une grande variété de medium artistiques parmi lesquels : objets d’art et de design, créations de mode, arts graphiques, photographies, etc. Elle s’articule autour de cinq thématiques : les acteurs de la découverte, la nature, le temps, le mouvement et l’innovation.

  • Dates : du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019
  • Lieu : Musée des Arts Décoratifs, Paris
  • À noter : la tarification complète est à voir sur le site officiel

Foujita

Présentation officielle : Né au Japon, Tsuguharu Foujita (1886-1968) quitta jeune son pays pour se rendre en France où il devint un artiste majeur de l’Ecole de Paris. Ses trois séjours parisiens furent marqués par des événements déterminants dans la vie de Foujita : sa réussite artistique, sa naturalisation française, sa conversion au catholicisme, etc. L’exposition constituera la première grande rétrospective de l’intégralité de son œuvre : des toiles de son premier long séjour à Paris jusqu’à ses œuvres d’après-guerre en hommage à la France, son pays d’adoption dans lequel il finira sa vie, en passant par ses œuvres de voyages dans les années 1930-40 (Amérique latine,  Japon, Chine, Asie du Sud-Est). Si la production de sa première période à Paris est très connue en France, celle des années 1930-40, rarement exposée, reste quasi ignorée du public. L’exposition entend y remédier en présentant 60 ans de création de Foujita et en offrant une occasion unique de découvrir à Paris un ensemble d’œuvres provenant de différentes collections japonaises.

  • Dates : 16 janvier au 16 mars 2019
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarifs : gratuit pour les adhérents / 5€ tarif réduit / 7€ plein tarif

Nara, trois trésors du bouddhisme japonais

Présentation officielle : Un prêt exceptionnel est accordé par la préfecture de Nara au musée national des arts asiatiques – Guimet, dans le cadre de Japonismes 2018. Berceau historique du Japon, la ville fut capitale de 710 a 784. Elle est connue pour abriter certains des anciens temples bouddhiques du pays. Ils conservent encore aujourd’hui les chefs-d’oeuvre incontestés de la sculpture japonaise médiévale. Pour la premiere fois prêtés hors du Japon, deux gardiens, insignes trésors nationaux, seront présentés en France. Le temple Kôfuku-ji prête également une statue de bois du bodhisattva Kshitigarbha (Jizo bosatsu en japonais), “bien culturel important”. Avec la plastique fluide et rayonnante du Jizo, contraste l’effet proprement athlétique de deux gardiens qui montrent d’impressionnantes connaissances anatomiques. Ils nous amenent a reconsidérer l’histoire de la sculpture mondiale a cette extrémité orientale de la route de la soie.

  • Dates : 23 janvier au 18 mars 2019
  • Lieu : Musée national des arts asiatiques  – Guimet, Paris
  • Tarifs : gratuit pour les – 26 ans ressortissants de l’UE, les personnes en situation de handicap, les enseignants, les bénéficiaires du RSA et les chômeurs / 8,50€ tarif réduit pour les – 26 ans non-ressortissants de l’UE / 10€ tarif réduit famille nombreuse / 11,50€ plein tarif

Judo – JITA-KYOEI PROJECT

Présentation officielle : En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort. S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigorô Kanô posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le judo, littéralement « voie de la souplesse ». Le judo s’appuie sur trois principes essentiels et indissociables : Ju « l’adaptation », Seiryoku Zenyo « le meilleur emploi de l’énergie » et Jita Kyoei « entraide et prospérité mutuelle ». Jigorô Kanô a créé le judo comme une méthode d’éducation. Cette exposition vous propose de mieux connaître et comprendre l’univers du judo, et de découvrir ses liens méconnus avec les nihonto (sabres japonais). De nihonto réels que le Kodokan possède seront exposés pour l’occasion.

  • Dates : du 15 au 26 janvier 2019 (unique mois pour en profiter)
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarif : gratuit, entrée libre

Audiovisuel

100 ans de cinéma japonais

Présentation officielle : Cette rétrospective propose de retracer l’histoire du cinéma japonais de 1920 à 2018 à travers 119 films sélectionnés par un jury d’experts franco-japonais. Le programme, en trois temps, comprendra des œuvres parfois inconnues en France et pourtant fondatrices du cinéma japonais moderne et contemporain. Certaines œuvres pourront aussi être visionnées aux Cinémathèques de Toulouse et de Nice, au Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul et à l’Institut Lumière de Lyon. Le premier volet qui ouvrira la rétrospective présentera, à la Cinémathèque française en septembre et octobre 2018, quelques 27 films des années 1920 à 1940 avec l’ambition de couvrir les prémices du cinéma japonais jusqu’au début de son âge d’or. Des musiciens et bonimenteurs accompagneront les projections de films muets afin de faire honneur aux artistes qui savaient donner vie à ce tout nouveau 7e art. Notez également que ce projet cinématographique se prolongera jusqu’en mars 2019.

Détails des films diffusés en janvier :

  • La vie d’une femme de Yasuzo Masumura (1962) : mercredi 23 janvier à 20h30
  • Un toast pour mademoiselle de Keisuke Kinoshita (1949) : jeudi 24 janvier à 15h
  • Les enfants de la ruche de Hiroshi Shimizu (1948) : jeudi 24 janvier à 19h
  • La pièce aux murs épais de Masaki Kobayashi (1953) : jeudi 24 janvier à 21h
  • L’enfant favori de la bonne de Tomotaka Tasaka (1955) : vendredi 25 janvier à 20h
  • Tampopo de Juzo Itami (1986) : samedi 26 janvier à 15h
  • La tristesse du bâton de Tatsumi Kumashiro (1994) : samedi 26 janvier à 17h30
  • La femme de là-bas de Hideo Suzuki (1952) : samedi 26 janvier à 19h30
  • Le conte des trois provinces de Jirocho de Masahiro Makino (1963) : samedi 26 janvier à 21h30
  • Kiku et Isamu de Tadashi Imai (1959) : dimanche 27 janvier à 18h30
  • Le sable mouillé d’août de Toshiya Fujita (1971) : dimanche 27 janvier à 21h
  • La Ballade de Tsugaru de Koichi Saito (1973) : mercredi 30 janvier à 19h30
  • Cache-cache postal de Shuji Terayama (1974) : mercredi 30 janvier à 21h45
  • En attendant la fête de Kazuo Kuroki (1975) : jeudi 31 janvier à 19h
  • Orin la proscrite de Masahiro Shinoda (1977) : jeudi 31 janvier à 21h30

Lieu : Cinémathèque française, Paris

Tarifs (pour chaque film) : 1€ tarif abonnés Libre Pass / 3€ tarif enfant CinéFamille / 5€ tarif adulte CinéFamille et abonnés bibliothèque / 5,50€ tarif – 26 ans / 7€ plein tari

Naomi Kawase – Rétrospective et exposition

Présentation officielle : Cette rétrospective de l’œuvre de Naomi Kawase, accompagnée d’une exposition présentant pour la première fois des installations qu’elle conçoit, mettra à l’honneur la cinéaste dont la vie et l’œuvre ont évolué à travers différents thèmes inhérents à son travail : la vie, la nature et la famille. Mettant en lumière le regard que la cinéaste porte sur sa ville de Nara et les saisons au Japon, l’exposition rassemblera installations et vidéos. Parallèlement, l’intégralité des films réalisés par Naomi Kawase, soit environ 35 courts et longs métrages, sera projetée dans les salles de cinéma du Centre Pompidou.

  • Dates : du 23 novembre 2018 au 6 janvier 2019
  • Lieu : Centre Pompidou, Paris
  • Tarifs : gratuit (entrée libre)

KINOTAYO Festival du cinéma japonais contemporain

Présentation officielle : Depuis sa création en 2006, KINOTAYO, le plus grand festival de cinéma japonais contemporain en France, est chaque année un événement très attendu des cinéphiles. Il présente notamment un éventail très large de la production cinématographique japonaise contemporaine, ainsi que de nombreux films récents inédits en France. Pour sa 13e édition, KINOTAYO s’associe avec Japonismes 2018 pour offrir une programmation encore plus riche que les années précédentes.

  • Dates : de novembre 2018 à février 2019
  • Lieu du festival en janvier : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • À noter : la programmation complète est à retrouver sur le site officiel

Séance spéciale du film “Foujita” de Kohei Oguri

Présentation officielle : Foujita (2015), film franco-japonais réalisé par Kohei Oguri, sera projeté en marge de l’exposition Foujita inscrite au programme officiel de Japonismes 2018 et qui se tiendra en février 2019 à la Maison de la culture du Japon à Paris. Premier Japonais à avoir reçu le Prix Georges Sadoul pour son film Pour Kayako (1984), Oguri s’est également vu décerner le Grand Prix du jury et du Prix de la Critique Internationale au Festival de Cannes pour L’Aiguillon de la Mort (1990). Son dernier film Foujita, sorti après 10 ans d’absence, est une réalisation franco-japonaise d’une beauté sereine qui n’a encore jamais été présentée en France. Le film dépeint une partie de la vie encore peu connue de Foujita, artiste reconnu de l’Ecole de Paris qui avait fait de la France sa patrie d’adoption.

  • Date : vendredi 18 janvier à 19h
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarif : 5€ tarif unique

Art de vivre

Conférence “La France vu par les Japonais & le Japon vu par les Français”

Présentation officielle : Depuis 1858, la France et le Japon ont approfondi leurs échanges dans un grand nombre de domaines : diplomatie, art, littérature, etc. Qu’apprécie chez l’autre chacun de ces deux pays ? Jusqu’à quel point se sont-ils compris mutuellement ? Quelles en sont les conséquences sur leur culture et leur société ? Des spécialistes français et japonais tenteront de répondre à ces questions. Le vendredi, les discussions seront ouvertes sur les représentations culturelles entre le Japon et la France (sur la collection Tronquoiset), et sur les réflexions sur les expériences françaises des Japonais. Le samedi, les discussions porteront sur la fascination et la jalousie dans la cuisine française au Japon et la cuisine japonaise en France, mais aussi sur la question du lieu, entre géographie et mésologie.

  • Dates : vendredi 11 janvier à 14h et samedi 12 janvier à 14h
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarifs : gratuit sur réservation

Judo – Voeux par Haruki Uemura et démonstration de Kime-no-kata au Kagami biraki

Présentation officielle : En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort. S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigorô Kanô posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le judo, littéralement « voie de la souplesse ». Le judo s’appuie sur trois principes essentiels et indissociables : Ju « l’adaptation », Seiryoku Zenyo « le meilleur emploi de l’énergie » et Jita Kyoei « entraide et prospérité mutuelle ». Jigorô Kanô a créé le judo comme une méthode d’éducation. À l’occasion de la cérémonie des voeux du nouvel an, le kagami biraki, le président du Kodokan Haruki Uemura présentera ses voeux au judo français et une performance de Kime-no-kata (série de techniques exécutées avec des sabres japonais) sera consacrée aux dieux par deux judokas haut gradés du Kodokan.

  • Date : 19 janvier 2019
  • Lieu : Institut du Judo, Paris
  • Tarif : gratuit, entrée libre

Ikebana – Art floral

Présentation officielle : Agrémentant le quotidien grâce à la beauté des fleurs aux couleurs changeantes au gré des saisons, l’ikebana est un art traditionnel japonais pratiqué et apprécié par de nombreux Français. Forts de la coopération de l’Association japonaise de l’art de l’Ikebana et d’Ikebana International, différents styles et techniques de cet arrangement floral aux multiples visages seront présentés. Outre les ateliers et les cours d’ikebana organisés régulièrement à la Maison de la culture du Japon à Paris qui intégreront le programme Japonismes 2018, une semaine spéciale sera dévolue à cet art, pendant laquelle des experts et des grands maîtres représentant les cinq différentes écoles d’ikebana (Ikenobo, Ichiyo, Ohara, Sogetsu, Misho) seront invités en France. Expositions, ateliers et colloques offriront l’occasion au public de faire l’expérience sensorielle de l’univers subtil de la Voie des Fleurs. L’ikebana ne se résume pas à contempler une superbe composition florale, mais incarne un véritable art de vivre propre à la culture japonaise, qui consiste à trouver la beauté dans toutes les choses de la vie, par l’observation et le respect de la nature.

  • Dates : du 30 janvier au 2 février 2019 (5 sessions pour débutants et 5 sessions pour confirmés)
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarifs : 15€ tarif unique par séance

Comme vous pouvez le constater, le mois de janvier est un peu plus calme, surtout sans aucun spectacle vivant, de quoi vous reposer après les fêtes de fin d’année, et de se remettre sur pied à l’arrivée de tous les évènements 2019, Japonismes ou non !

Rendez-vous le mois prochain pour la programmation complète du mois de février 2019 des Japonismes 2018 !

Source : Japonismes 2018 Officiel

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...