Home CultureConventions [FESTIVAL CORÉEN 2018] La 3ème édition a connu un véritable succès !

[FESTIVAL CORÉEN 2018] La 3ème édition a connu un véritable succès !

by Okame

Le 3ème édition du Festival Coréen a eu lieu la semaine dernière, le samedi 29 septembre, et ce qu’on peut déjà vous en dire, c’est que l’évènement attire toujours plus de monde d’années en années ! Après une édition 2017 déjà couronnée de succès, on en attendait bien sûr pas moins de l’édition 2018, mais il semblerait qu’elle ait attiré encore plus de visiteurs que l’année précédente… La météo a d’ailleurs bien aidé ce jour-là, puisque la capitale a été illuminée d’un soleil magnifique toute la journée, de quoi donner envie de sortir de chez soi et de profiter de ces derniers jours de beau temps de l’année, avant le retour du grand froid !

Alors que le festival ouvrait officiellement à midi, les visiteurs et curieux étaient déjà présents avant même l’horaire annoncé. Comme on vous l’avait conseillé avant le festival, l’idéal pour profiter au mieux de cet évènement est d’arriver pour l’ouverture, car les premières heures sont sûrement les seules où vous pouvez encore circuler à peu près normalement.

Dans les premiers instants du festival, juste après l’ouverture, les visiteurs ont au moins pu circuler correctement sur le parvis de la mairie du 15ème arrondissement de Paris, notamment pour aller sur les stands de nourriture, comme d’habitude victimes de leur succès.

Pris d’assaut immédiatement, les stands qui proposent divers mets coréens de street food se sont très vite retrouvés débordés, avec quelques ruptures de produits avant 12h30 (comme les rouleaux de kimbap), soit moins de 30 minutes après l’ouverture officielle de cette 3ème édition.

Cette année encore, la nourriture coréenne a certainement été l’aspect du festival qui a fait le plus grand tabac, réunissant petits et grands pour un moment de partage et de dégustation qui n’a laissé personne indifférent. L’un des plus gros avantages de ces stands culinaires, c’est aussi de pouvoir retrouver des mets qui, pour la plupart, ne sont pas souvent proposés dans les restaurants coréens de la capitale. Une véritable occasion donc d’avoir un avant-goût de la culture populaire culinaire de la Corée du Sud !

L’inauguration de ce festival tant attendu, programmée initialement pour 13h, a finalement commencé avec un peu de retard, et ce sont les deux même présentateurs que l’année dernière qui ont répondu présent en 2018 : Marie Palot et Kim Doo Hwan !

Le public était alors déjà très nombreux face à la scène, lorsque Marie Palot et Kim Doo Hwan ont prononcé les premiers remerciement de cette édition 2018, adressés à la mairie du 15ème arrondissement et aux différentes associations et organismes qui travaillent dur depuis plusieurs années maintenant pour maintenir et développer au mieux cet évènement.

Plusieurs personnalités, indispensables à la tenue de ce festival, ont alors été appelés sur scène pour prononcer des discours officiels et remercier les différents partenaires autour de cet évènement. On a pu notamment retrouver le maire du 15ème arrondissement & son équipe, le premier adjoint au maire de Séoul, l’ambassadeur de la République de Corée, ainsi que d’autres personnes qui ont joué une part importante dans l’établissement et la promotion du Festival Coréen de Paris.

La Corée du Sud et la France entretiennent une relation amicale depuis maintenant 27 ans, en particulier les deux capitales Séoul et Paris. Lors de ce discours d’inauguration, cet aspect a été mis en avant pour montrer que ces relations diplomatiques comptent, tout particulièrement dans un contexte international plutôt tendu.

Si c’est la mairie du 15ème arrondissement qui accueille ces festivités, ce n’est pas au hasard ! Dans ce quartier de notre capitale, plus de 5 000 Coréens y résident, en faisant ainsi la plus grande communauté d’expatriés sud-coréens de toute l’Europe.

Après un rappel du déroulé de la programmation, qui a regroupé notamment du taekwondo, de la danse hip-hop, un concours de danse K-Pop, un karaoké et enfin le tirage au sort de la tombola, dont le premier prix était un billet d’avion pour Séoul, l’ambassadeur de la République de Corée a pris la parole à son tour. Il a notamment mis l’accent sur la beauté de la cuisine coréenne, et des traditions qui sont au coeur de cet art culinaire.

C’est ensuite le premier adjoint au maire de Séoul qui s’est avancé sur le devant de la scène pour parler de la situation actuelle de la Corée du Sud. Avec de nombreux changements apparus en là-bas ces derniers mois, le pays essaie d’améliorer son gouvernement suite à la destitution de l’ancienne présidente Park Geun-hye, décidé après certainement l’un des plus grands scandales politiques au Sud de la péninsule. Le premier adjoint a aussi dit qu’avec le nouveau président Moon Jae-in, les yeux du monde entier sont braqués sur la Corée pour voir comment va évoluer le pays. Pour remercier le maire du 15ème arrondissement de Paris d’un cadeau fait le soir précédent à la soirée d’inauguration du Festival Coréen, le premier adjoint au maire de Séoul avait préparé à son tour un cadeau qu’il a remis au maire devant tout le monde : une trousse en nacres avec des inscriptions en coréen dessus, à utiliser au bureau.

Les discours de remerciements et d’inauguration se sont terminés avec les participations du vice-président du conseil consultatif de l’unification nationale, et du président de l’association des Coréens résidant en France. Des tissus de couleur (bleu – blanc – rouge, couleurs des drapeaux sud-coréen et français), disséminés dans les rangs de sièges devant la scène, ont alors été agités et des confettis jetés pour officiellement lancer les festivités !

La séquence spectacle du festival a ensuite démarré avec le groupe UANGEL VOICE, un groupe de musique classique qui voyage très régulièrement pour chanter sur des évènements importants un peu partout dans le monde entier. Les chanteurs barytons ont alors alterné entre chansons traditionnelles et chansons populaires lyriques, et leurs cinq voix magnifiques et puissantes ont résonné sans problème au-delà de la place de la mairie. Cette ouverture de bal a en tout cas été très bien accueillie par public !

L’équipe de danse traditionnelle a ensuite pris la relève. Venues de la ville portuaire de Busan, les jeunes femmes habillées de hanbok (tenues traditionnelles coréennes) colorés verts et roses ont présenté un spectacle de danse traditionnelle. Les filles ont fait preuve de délicatesse et de légèreté avec leurs éventails, en offrant une danse qui a envoûté les spectateurs. La foule a été éblouie par les mouvements emplis de grâce de la troupe de danse, qui a mis en valeur toute la beauté de cet art ancestral via une performance fleurie et dégageant des ondes positives.

C’est ensuite un jeune homme vêtu d’une tenue flottante verte et blanche qui est venu épater la foule par sa puissance et sa danse en solo pleine d’émotions. Avec une grande ampleur dans les gestes, le garçon s’est adonné à un véritable travail d’interprétation ; une théâtralisation de la danse puisqu’il nous présentait un éventail d’émotions, passant par la douleur, la démence ou encore la joie. La performance était d’une intensité émotionnelle assez particulière, et c’est en se jetant dans les airs avec des figures acrobatiques que le jeune homme a réussi à s’attribuer les acclamations du public.

Les deux présentateurs ont ensuite annoncé une des performances les plus attendues, celle de taekwondo, sport coréen qui mêle figures acrobatiques, gestes minutieux et technicité et qui forme l’une des plus grandes fiertés nationales. La performance a été accompagnée d’une mise en scène en attendant l’installation. Le jeune homme au milieu de la scène faisait le ménage en écoutant les commentateurs de la finale de la coupe du monde de 1998, ainsi que les matchs de 2018 entre la Corée du Sud, le Mexique et l’Allemagne. La mise en scène suivante a été l’occasion de rappeler les moments historiques difficiles de la Corée : occupée par le Japon jusqu’en 1945, divisée peu avant la guerre de Corée de 1950 à 1953 en raison d’idéologies politiques différentes et affaiblie par cette division au sortir de la guerre, la Corée était alors le 2ème pays le plus pauvre du monde. Bien remise toutefois de son passé sombre, la Corée du Sud a su se reconstruire avec des images fortes, qui s’accrochent à elle, comme celle du pays du taekwondo. Ce moment a donc été l’occasion de le prouver, avec ce jeune homme qui a délivré une belle performance artistique et technique. Sur la chanson traditionnelle “Arirang“, il a dévoilé toute la subtilité et la maîtrise des gestes requise dans ce sport, et toute la dimension chorégraphique, interprétative et sensible.

La performance de taekwondo en groupe a été l’occasion de montrer l’autre facette du taekwondo : la puissance, la vivacité et la fougue. La foule a été prise par cette performance de groupe comme en ont témoigné les nombreuses acclamations. Au rythme de la musique, les membres de cette équipe de taekwondo ont monté un spectacle impressionnant : avec des acrobaties et beaucoup de force, ils ont excité la foule en brisant des planches de bois à la seule force des mains et des pieds. Les deux présentateurs, avec beaucoup d’entrain, se sont aussi essayés à cet exercice.

La performance suivante a rendu compte de l’omniprésence de la danse en Corée, de la chorégraphie de groupe et aussi de la place du hip-hop. Le Gamblerz Crew, groupe de break-dance tout droit venu de Séoul, a été deux fois champion de la “Battle of The World” en Allemagne et représente fièrement les couleurs de sa ville. Chacun des membres s’est d’abord présenté avec un solo de danse, puis le groupe s’est vite formé pour des chorégraphies impressionnantes et pour des battles. Les garçons ont voulu faire monter l’ambiance et la foule a répondu très positivement, épatée par leur force et leur talent. On pouvait alors sentir beaucoup de complicité entre les membres du Gamblerz Crew, qui ont l’habitude de se produire devant un public particulièrement réceptif à cet univers. Après avoir feint la fin de leur représentation, les danseurs sont ensuite revenus sur scène pour donner une performance des plus énergiques.

Entre le début de l’inauguration, et la fin du spectacle du Gamblerz Crew, la foule s’est littéralement démultipliée et il était à ce moment-là impossible de circuler sur le parvis de la mairie. Entre les devants de la scène pris d’assaut par les personnes souhaitant suivre les différentes performances, et les personnes qui faisaient la queue aux divers stands pour en découvrir les contenus, on constate que le parvis du 15ème arrondissement n’est clairement plus adapté à un évènement de cette envergure, rendant l’expérience un peu moins sympathique quelques heures après le début de l’évènement.

Mais les cultures traditionnelles de la Corée du Sud n’ont pas été les seules à l’honneur, et bien entendu la K-Pop n’a pas été oubliée ! Sur scène, dix équipes de danse amateurs se sont affrontées et ont repris tout un tas de chansons d’artistes vraiment divers, de BLACKPINK à D&E en passant par BTS ou encore Hyuna pour ne citer que ceux-là, les choix ont été divers !

Et si c’est la K-Pop qui vous a motivé à venir sur ce festival, vous n’avez sûrement pas loupé le stand du magazine K! World ! Vous pouviez y trouver plusieurs anciens numéros, de quoi compléter votre collections si vous venez de découvrir le magazine ou si vous n’en aviez pas trouvé près de chez vous.

Cette nouvelle édition du Festival Coréen a été, une fois de plus, un carton total et a attiré, comme les équipes du festival l’avaient prévu, plusieurs milliers de visiteurs ! Comme on vous l’a expliqué un peu plus tôt, l’endroit semble cependant de plus en plus étroit au vu de l’attractivité de l’évènement, en espérant que les organisateurs aient considéré ce réel problème pour les éditions à venir !

En tout cas, il y a toujours quelque chose à faire et à découvrir au Festival Coréen, en faisant un évènement vraiment sympa que vous pouvez passer avec vos proches !

Merci aux organisateurs du 3ème Festival Coréen, aux présentateurs,
aux stands présents et bien sûr à tous les artistes venus sur cette édition !


Galerie photo :

You may also like