Blog post

[JAPONISMES 2018] Ne ratez rien des évènements à Paris & en banlieue en ce mois de décembre !

L’année arrive officiellement en son dernier mois, mais le projet Japonismes 2018 a encore de belles choses à vous offrir, et se poursuivra bien entendu jusqu’en 2019 ! Lancé en juillet dernier lors du festival Japan Expo, les Japonismes 2018, à l’initiative des gouvernements français et japonais, vous font découvrir depuis plusieurs mois déjà la culture nippone sous toutes ses coutures, du cinéma aux traditions ancestrales, en passant par la musique (contemporaine ou non), la cuisine… Vous l’aurez compris, il y en a encore pour tous les goûts !

Rappelons que ce projet est divisé en 4 parties (expositions, spectacles vivants, audiovisuel, art de vivre) pour faire découvrir de la manière la plus complète possible la culture japonaise au public français, avec des évènements à Paris mais aussi dans d’autres grandes villes françaises. En ce mois de décembre, les évènements se concentrent majoritairement à Paris, mais la programmation s’étendra à nouveau au reste de la France dès 2019. On vous laisse découvrir tout ce que vous réserve le mois de décembre côté Japonismes !

Expositions

KOHEI NAWA / Throne

Présentation officielle : Avec ce trône flottant, Kohei Nawa exprime son intuition selon laquelle les progrès fulgurants de l’informatique et de l’intelligence artificielle risqueraient à long terme de remplacer le pouvoir et l’autorité, instruments d’influence de la politique et de l’économie. L’oeuvre, inspirée des formes et des origines des chars utilisés en Orient lors des fêtes religieuses, est une combinaisons des derniers sytème de modelage 3D et de l’art de la dorure à la feuille, dont le savoir-faire fait écho à l’Egypte antique et aux collections du Musée du Louvres. Cette sculpture de 10,4 mètres de haut remet en question les notions de pouvoir, d’autorité qui se sont perpétuées dans le passé et interroge la notion de futur.

  • Date : jusqu’au 14 janvier 2019
  • Lieu : Belvédère sous la pyramide du Louvres, Paris
  • Tarif : gratuit

Tadao Andô

Présentation officielle : Cette exposition constitue une véritable enquête sur les défis relevés depuis un demi-siècle par l’architecte de renom international Tadao Andô. Autodidacte, Tadao Andô (né en 1941), n’a cessé de frapper d’une empreinte forte le monde de l’architecture par ses réalisations innovantes. Cette exposition présentera le parcours d’Andô et les perspectives qu’il ouvre pour demain, à travers des maquettes, des esquisses, des dessins et des vidéos. Une occasion inédite de faire (re)découvrir au public français et aux visiteurs du monde entier la fascinante esthétique de l’architecture japonaise, si prisée en France depuis plusieurs années.

  • Date : du 10 octobre au 31 décembre (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Centre Pompidou, Paris
  • Tarifs : gratuit – 18 ans / 11€ tarif jeune (18 à 25 ans) / 14€ tarif plein

Meiji, Splendeurs du Japon impérial (1868 – 1912)

Présentation officielle : À l’occasion du 150ème anniversaire de l’ère Meiji (1868-1912), cette exposition mettra en lumière les nombreux bouleversements sans précédent survenus pour le Japon. Elle abordera différents aspects de la modernisation et de l’ouverture du pays, notamment l’internationalisation de sa production artistique. Elle rassemblera des cloisonnés, des objets de laque, des photographies, des textiles, des peintures, des bronzes, des céramiques, afin d’illustrer les mutations opérées dans la société et dans l’art en particulier. Elle fera découvrir de grands noms de l’art de la période, tels Kawanabe Kyosai ou Shibata Zeshin. Les liens entre artistes et créateurs au Japon et en Europe seront également évoqués par des rapprochements entre oeuvres japonaises et occidentales contemporaines.

  • Date : du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019
  • Lieu : Musée national des arts asiatiques Guimet, Paris
  • Tarifs : gratuit – 18 ans, 18 à 25 ans ressortissants de l’UE, Pass Education / 6,50€ tarif réduit (18 à 25 ans non-ressortissants de l’UE, enseignants sans Pass Education) / 8,50€ tarif plein

Jômon 

Présentation officielle : L’époque Jômon s’étend sur plus de 10 000 ans. La civilisation qui s’est développée pendant cette période révèle une sensibilité, une esthétique plastique et une vie spirituelle très riches, qui continuent à inspirer. Ce sera le grand retour de l’époque Jômon à Paris depuis l’exposition Jômon, l’art du Japon des origines organisée en 1998 par la Fondation du Japon à la Maison de la culture du Japon à Paris, qui avait attiré les foules et fasciné le public. L’exposition réunira de nombreux objets archéologiques datés entre 11 000 et 400 av. J.-C., notamment plusieurs pièces classées Trésor national et Bien culturel important. Entre autres, une jarre en terre cuite « en forme de flamme » (Trésor national) qui incarne merveilleusement l’esthétique de cette civilisation, mais aussi diverses figurines dogû, des ornements et accessoires, qui permettront de (re)découvrir l’art des origines du Japon et la riche vie culturelle et spirituelle forgée durant l’époque Jômon.

  • Date : du 17 octobre au 8 décembre 2018 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarifs : 5€ tarif réduit (étudiants, -26 ans, seniors, personnes à mobilité réduite, adhérents et leurs accompagnants, bénéficiaires du RSA, groupes, enseignants) / 7€ plein tarif

Trésors de Kyoto : Trois siècles de création Rinpa

Présentation officielle : L’école Rinpa naît en 1615, lorsque le shogoun Tokugawa Ieyasu accorde à Kôetsu, célèbre calligraphe, potier et laqueur, l’autorisation de s’installer dans un petit village artisan au nord de Kyôto. Pendant 300 ans, le mouvement s’illustre par des personnalités innovantes qui se consacrent à la peinture et aux arts appliqués pour faire entrer la beauté dans la vie de tous les jours. Ces artistes avaient une relation spirituelle et esthétique, notamment à travers l’appréciation de la beauté classique. Cette exposition se concentrera plus particulièrement sur la production des artistes actifs à Kyôto, avec un choix de chefs-d’œuvre rarement présentés au public, y compris au Japon. Le point central est le paravent du Dieu du Vent et du Tonnerre, désigné « Trésor national » au Japon, qui sera exposé en Europe pour la 1ère fois. Seront également présentées des peintures en rouleau, des livres illustrés, des céramiques et des laques.

  • Date : du 26 octobre 2018 au 27 janvier 2019
  • Lieu : Musée Cernuschi, Paris
  • Tarifs : 7€ tarif réduit, 9€ plein tarif

Japon – Japonismes. Objets inspirés, 1967 – 2018

Présentation officielle : Dans le cadre de la saison Japonismes 2018 le Musée des Arts Décoratifs révèle au public la richesse de ses collections d’art japonais anciennes et contemporaines et met en lumière l’influence unique et continue du Japon sur la création artistique occidentale de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à nos jours. L’exposition apporte un témoignage éclairé sur les influences réciproques entre ces deux grandes nations artistiques que sont le Japon et la France. Elle est aussi une opportunité exceptionnelle de présenter de manière inédite un choix des plus belles pièces parmi les 10 000 que compte la collection, en l’enrichissant de contrepoints occidentaux créés dans son sillage et d’oeuvres prêtées par le Japon. Déployée sur 2 200 m², l’exposition couvre une grande variété de medium artistiques parmi lesquels : objets d’art et de design, créations de mode, arts graphiques, photographies, etc. Elle s’articule autour de cinq thématiques : les acteurs de la découverte, la nature, le temps, le mouvement et l’innovation.

  • Dates : du 15 novembre 2018 au 3 mars 2019
  • Lieu : Musée des Arts Décoratifs, Paris
  • À noter : la tarification complète est à voir sur le site officiel

Manga <=> Tokyo

Présentation officielle : La ville de Tokyo a toujours été une source d’inspiration inépuisable pour les mangas, les dessins animés, les jeux vidéo ou encore le cinéma japonais. Ces différents médias n’ont eu de cesse de la représenter, de reproduire ses caractéristiques principales et ses évolutions. Dans quelle mesure la réalité urbaine a-t-elle alimenté et orienté la fiction ? Conjointement à cela, en quoi cette fiction, mais aussi les personnages qui la constituent, agissent-ils sur la ville réelle ? Comment fiction et réalité se superposent-elles ? Manga⇔ Tokyo mettra en lumière la diversité de ces représentations par l’intermédiaire de nombreux dessins originaux, maquettes et films. En parallèle seront également exposées des images de la capitale nippone dans sa réalité, mais aussi telle qu’elle s’est forgée dans l’esprit des gens à travers la fiction. À l’heure où le dessin animé et le jeu vidéo alimentent un tourisme nouveau, tel un « pèlerinage » sur les lieux des fictions, ce projet entend explorer la portée de ce phénomène.

  • Dates : du 29 novembre au 30 décembre 2018 (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : La Villette, Paris
  • Tarifs :  10€ tarif abonnés & adhérents / 15€ plein tarif

Spectacles vivants

Cycle de théâtre contemporain: “Wareware no moromoro [nos histoires…]” conception et mise en scène de Hideto Iwaï

Présentation officielle : Reclus chez lui à l’adolescence, Hideto Iwaï a transformé son expérience vécue en matière scénique douce-amère. À l’invitation du T2G – Théâtre de Gennevilliers et avec le Festival d’Automne à Paris, il crée son premier spectacle en français, inspiré de la vie de participants rencontrés à Gennevilliers. De seize à vingt ans, Hideto Iwaï est rentré dans la catégorie japonaise des « hikikomori », ces personnes qui, par phobie sociale, ne quittent plus leur domicile. Le théâtre lui a offert une porte de sortie, et depuis, l’acteur, scénariste et metteur en scène, aujourd’hui reconnu au Japon, s’attache à retracer avec humour des parcours singuliers puisés dans la société contemporaine. Au fil de plusieurs séjours, Hideto Iwaï est parti à la rencontre d’habitants de Gennevilliers et de comédiens français. Après avoir écouté leurs récits de vie, il a composé avec eux un spectacle sur-mesure qui traite des relations humaines, de l’amour aux liens entre parents et enfants. Son sens de la mise en scène décalée, plus poétique que réaliste, était déjà sensible dans Le hikikomori sort de chez lui, récemment salué en tournée à Paris : ici, Hideto Iwaï porte un regard lucide et bienveillant sur un autre contrat social, pour mieux nous parler de notre propre culture.

  • Dates : samedi 1er décembre à 19h, dimanche 2 décembre à 16h & lundi 3 décembre à 20h (dernier mois pour en profiter)
  • Lieu : T2G – Théâtre de Gennevilliers (banlieue de Paris)
  • Tarifs : 9€ tarif réduit habitants du secteur / 12€ tarif réduit étudiants, – 30 ans, demandeurs d’emploi, intermittent / 18€ habitants des Haut-de-Seine / 24€ plein tarif

HATSUNE MIKU EXPO 2018 EUROPE

Présentation officielle : Hatsune Miku est une chanteuse virtuelle à la carrière déjà bien établie. Créée en 2007 au Japon par Crypton Future Media, elle est née de la combinaison entre un logiciel de synthèse vocale innovant et un personnage inspiré de la culture populaire japonaise. Ce logiciel, dont le nom « Hatsune Miku » signifie littéralement « le premier son du futur », permet à n’importe qui de générer sur un simple ordinateur une chanson complète, avec musique et paroles. Adopté en masse dès sa sortie, il a donné lieu à un vaste mouvement collaboratif de création et de partage sur internet de milliers de chansons – dont de nombreux hits – ainsi que de vidéos et d’illustrations qui ont popularisé le personnage de Miku, une jeune fille à la voix unique et aux longues nattes turquoise. Aujourd’hui, Hatsune Miku multiplie les incursions dans le monde réel, sous la forme d’une véritable star virtuelle qui chante et danse sur scène accompagnée de musiciens en chair et en os, remplissant stades et salles de concert en Asie, en Amérique du Nord, et bientôt en Europe avec le concert prévu cette année à la Seine Musicale.

  • Date : samedi 1er décembre à 20h30
  • Lieu : La Seine Musicale, Paris
  • Tarifs : de 31,50€ à 65€

Le big band No Name Horses dirigé par Makoto Ozone

Présentation officielle :  Un concert de jazz inédit avec le big band No Name Horses dirigé par le pianiste Makoto
Ozone. Après avoir étudié au Berklee College of Music, Makoto Ozone part en tournée avec Gary Burton et acquiert une renommée internationale. Il poursuit sa carrière dans le jazz, mais ces dernières années, il s’est fait remarquer dans la musique classique en étant invité en tant que soliste par l’Orchestre philharmonique de New York. Cependant, c’est sa participation à l’âge de 12 ans à un big band japonais de jazzmen professionnels qui est à l’origine de sa passion pour la musique. Cette expérience l’incite à former en 2004 No Name Horses avec 15 musiciens représentatifs du jazz japonais. Ce big band effectue des tournées au Japon et se produit aux États-Unis, en France, en Écosse, à Vienne, à Singapour… Pour son premier concert à Paris, No Name Horses présentera le chef-d’oeuvre de Gershwin, Rhapsody in Blue, avec des arrangements pour le big band d’Ozone. Avec cette oeuvre qui mêle des éléments de musique classique et de jazz, Makoto Ozone pourra déployer tout son talent, notamment lors d’improvisations virtuoses.

  • Dates : mercredi 5 décembre à 20h & jeudi 6 décembre à 20h
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarifs : 19€ tarif réduit (adhérents, étudiants, – 18 ans) / 22€ plein tarif

Cycle de théâtre contemporain : “Pratthana – A Portrait of Possession -” mis en scène par Toshiki Okada 

Présentation officielle : Adapté d’un roman de l’écrivain thaïlandais Uthis Haemamool, Pratthana – A Portrait of Possession mêle le récit des amours tumultueuses d’un artiste-peintre et le passé récent de la Thaïlande, des années 1990 à aujourd’hui. Toshiki Okada adapte ce récit de vie au théâtre et le transfigure par sa chorégraphie à la gestuelle inspirée du quotidien, révélant la sensualité des acteurs, et par la scénographie signée de l’artiste Yûya Tsukahara du collectif contact Gonzo. La Thaïlande y apparaît comme un corps déformé, meurtri par la soumission à un pouvoir autocratique. La politique et la nation, le contrôle et le pouvoir, le désir et le corps, voir et être vu : les délimitations et les nuances entre ces différents pôles sont explorées, en quête de voies de traverse. La pièce interroge ainsi la notion de frontière, les moyens d’en effacer les contours ou de les transgresser, pour mieux révéler ce qui nous est commun.

  • Dates : jeudi 13 décembre à 19h30, vendredi 14 décembre à 19h30, samedi 15 décembre à 19h30 & dimanche 16 décembre à 15h
  • Lieu : Centre Pompidou, Paris
  • Tarifs : 9€ tarif enfant (- 14 ans) / 14€ tarif réduit (adhérents, – 26 ans, étudiants, personnes en situation de handicap + accompagnateurs, demandeurs d’emploi, allocataires du RSA…) / 18€ plein tarif

Danse contemporaine : “Is it worth to save us?” par Kaori Ito x Mirai Moriyama

Présentation officielle : Kaori Ito, danseuse et chorégraphe à la carrière internationale, artiste associée à la Maison des Arts de Créteil, et Mirai Moriyama, artiste pluridisciplinaire s’illustrant aussi bien dans les domaines du théâtre ou de la danse, formeront un duo inédit à l’occasion de cette production. Inspirés par les personnages du roman de science-fiction de Yukio Mishima, Utsukushii Hoshi [Belle Étoile], Ito et Moriyama en ont extrait l’essentiel, un échange entre extraterrestres qui se demandent “pourquoi cela vaut le coup de sauver l’humanité” et proposent une situation théâtrale éclairée par la démarche d’écriture de Kaori Ito, qui souhaite, à travers ce récit, regarder et analyser les comportements humains à travers deux corps entretenant une certaine distance. Basculant de l’intimité à l’étrangeté, ces deux-là utilisent la mise à distance pour mieux se moquer avec affection d’eux et de nous : Danser pour sauver le monde ?

  • Dates : mardi 18 décembre à 20h, mercredi 19 décembre & jeudi 20 décembre à 20h
  • Lieu : Maison des Arts, Créteil (banlieue de Paris)
  • Tarifs : 12€ tarif abonné Maison des Arts de Créteil / 13€ tarif réduit / 22€ plein tarif

Audiovisuel

100 ans de cinéma japonais

Présentation officielle : Cette rétrospective propose de retracer l’histoire du cinéma japonais de 1920 à 2018 à travers 119 films sélectionnés par un jury d’experts franco-japonais. Le programme, en trois temps, comprendra des œuvres parfois inconnues en France et pourtant fondatrices du cinéma japonais moderne et contemporain. Certaines œuvres pourront aussi être visionnées aux Cinémathèques de Toulouse et de Nice, au Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul et à l’Institut Lumière de Lyon. Le premier volet qui ouvrira la rétrospective présentera, à la Cinémathèque française en septembre et octobre 2018, quelques 27 films des années 1920 à 1940 avec l’ambition de couvrir les prémices du cinéma japonais jusqu’au début de son âge d’or. Des musiciens et bonimenteurs accompagneront les projections de films muets afin de faire honneur aux artistes qui savaient donner vie à ce tout nouveau 7e art. Notez également que ce projet cinématographique se prolongera jusqu’en mars 2019.

Détails des films diffusés en décembre :

  • La Vie d’Oharu, femme galante  de Kenji Mizoguchi (1952) : samedi 1er décembre à 15h & jeudi 13 décembre à 19h15
  • Les Contes de la lune vague après la pluie de Kenji Mizoguchi (1953) : samedi 1er décembre à 18h & jeudi 13 décembre à 17h
  • Godzilla de Ishirô Honda (1954) : samedi 1er décembre à 20h15 & vendredi 14 décembre à 20h30
  • Chronique du Soleil à la fin de l’ère Edo de Yuzo Kawashima (1957) : mardi 4 décembre à 17h & jeudi 20 décembre à 17h
  • La Ballade de Narayama de Keisuke Kinoshita (1957) : mardi 4 décembre à 19h30 & mardi 18 décembre à 19h15
  • Le Pavillon d’or de Kon Ichikawa (1958) : mercredi 5 décembre à 17h & mercredi 19 décembre à 17h
  • Tendre et folle adolescence de Kon Ichikawa (1960) : mercredi 5 décembre à 19h15 & mardi 18 décembre  17h
  • Le Goût du saké de Yasujiro Ozu (1962) : jeudi 6 décembre à 17h & mercredi 19 à 19h15
  • La Bête élégante de Yuzo Kawashima (1962) : jeudi 6 décembre à 19h30 & jeudi 20 décembre à 19h30
  • Herbes flottantes de Yasujiro Ozu (1959) : vendredi 7 décembre à 17h
  • La Porte de l’enfer de Teinosuke Kinugasa (1953) : vendredi 7 décembre à 20h30 & vendredi 21 décembre à 17h
  • Crépuscule à Tokyo de Yasujiro Ozu (1957) : samedi 8 décembre à 14h
  • Le Goût du riz au thé vert de Yasujiro Ozu (1952) : samedi 8 décembre à 18h
  • Printemps précoce de Yasujiro Ozu (1956) : samedi 8 décembre à 20h30
  • Conte cruels de la jeunesse de Nagisa Oshima (1960) : mardi 11 décembre à 17h
  • La ballade de narayama de Shohei Imamura (1983) : mardi 11 décembre à 19h15
  • Carmen revient au pays de Keisuke Kinoshita (1951) : mercredi 12 décembre à 17h
  • Rashomon d’Akira Kurosawa (1950) : mercredi 12 décembre à 19h
  • L’intendant Sansho de Kenji Mizoguchi (1954) : vendredi 14 décembre à 17h
  • Voyage à Tokyo de Yasujiro Ozu (1953) : samedi 15 décembre à 13h
  • Les Amants crucifiés de Kenji Mizoguchi (1954) : samedi 15 décembre à 15h
  • Nuages flottants de Mikio Naruse (1955) : samedi 15 décembre à 19h40
  • Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa (1954) : vendredi 21 décembre à 19h

Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris

Tarifs (pour chaque film) : 5€ tarif unique

Naomi Kawase – Rétrospective et exposition

Présentation officielle : Cette rétrospective de l’œuvre de Naomi Kawase, accompagnée d’une exposition présentant pour la première fois des installations qu’elle conçoit, mettra à l’honneur la cinéaste dont la vie et l’œuvre ont évolué à travers différents thèmes inhérents à son travail : la vie, la nature et la famille. Mettant en lumière le regard que la cinéaste porte sur sa ville de Nara et les saisons au Japon, l’exposition rassemblera installations et vidéos. Parallèlement, l’intégralité des films réalisés par Naomi Kawase, soit environ 35 courts et longs métrages, sera projetée dans les salles de cinéma du Centre Pompidou.

  • Dates : du 23 novembre 2018 au 6 janvier 2019
  • Lieu : Centre Pompidou, Paris
  • Tarifs : gratuit (entrée libre)

KINOTAYO Festival du cinéma japonais contemporain

Présentation officielle : Depuis sa création en 2006, KINOTAYO, le plus grand festival de cinéma japonais contemporain en France, est chaque année un événement très attendu des cinéphiles. Il présente notamment un éventail très large de la production cinématographique japonaise contemporaine, ainsi que de nombreux films récents inédits en France. Pour sa 13e édition, KINOTAYO s’associe avec Japonismes 2018 pour offrir une programmation encore plus riche que les années précédentes.

  • Dates : de novembre 2018 à février 2019
  • Villes qui accueillent le festival en novembre  & décembre : Saint-Malo, Pau, Strasbourg, Lyon, Chambéry, Le Cannet, Cannes, Marly.
  • À noter : la programmation complète est à retrouver sur le site officiel

Art de vivre

Conférence “Collaboration entre la France et le Japon en tant qu’acteurs globaux”

Présentation : Comment la France et le Japon, qui célèbrent cette année le 160e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques, font-ils face aux problèmes globaux tels que le terrorisme, la sécurité et la question des migrants et des réfugiés ? Dans un tel contexte, quel est le pouvoir de la diplomatie publique ? Ce symposium réfléchira aux possibilités de coopération franco-japonaise sur la scène internationale.

  • Dates : vendredi 7 décembre à 16h30 & samedi 8 décembre à 14h
  • Lieu : Maison de la Culture du Japon, Paris
  • Tarif : gratuit (sur réservation)

Découvrir la culture culinaire japonaise “Un mois découverte de thé japonais”

Présentation officielle : Organisation d’un Mois du thé japonais au cours duquel un certain nombre de cafés et bars de Paris proposeront du thé japonais. Faisant preuve de créativité, ces établissements ajouteront à leur menu habituel des « cocktails spéciaux au thé japonais Japonismes 2018 », des « douceurs au thé japonais », etc. et présenteront des façons originales d’apprécier le thé japonais dans la vie quotidienne française. Par ailleurs, à l’occasion de Japonismes 2018, et avec un peu d’avance sur ce Mois du thé japonais, Japan Airlines propose des tiramisu au thé hôjicha, sur la classe affaires des vol Paris-Tokyo.

  • Date : tout le mois de décembre
  • Lieux : chez les établissements participants (liste à voir sur le site des Japonismes)

Judo «Japonismes 2018 JITA-KYOEI PROJECT»

Présentation officielle : En observant les branches chargées de neige et voyant les plus grosses casser sous le poids de l’agresseur naturel et les plus souples s’en débarrasser en pliant, un moine japonais fit le constat suivant : le souple peut vaincre le fort. S’inspirant de cette observation et des techniques de combat des samouraïs, Jigorô Kanô posa en 1882 les principes fondateurs d’une nouvelle discipline : le judo, littéralement « voie de la souplesse ». Le judo s’appuie sur trois principes essentiels et indissociables : Ju « l’adaptation », Seiryoku Zenyo « le meilleur emploi de l’énergie » et Jita Kyoei « entraide et prospérité mutuelle ». Jigorô Kanô a créé le judo comme une méthode d’éducation. Les deux plus grandes nations de judo que sont la France et le Japon appliqueront ces principes dans « Japonismes 2018 JITA-KYOEI PROJECT », une série de manifestations qui se déroulera entre décembre 2018 et février 2019.

Dates et infos :

  • 7 décembre (19h à l’Institut du Judo de Paris) : stage pour ceintures noires et enseignants. Visite libre sans inscription.
  • 8 décembre (15h au Grand Dôme de Villebon-sur-Yvette) : stage pour clubs. Visite libre sans inscription.
  • 9 décembre (14h au CREPS de Toulouse) : stage enseignants et hauts-gradés. Visite libre sans inscription.

Encore un mois bien chargé pour décembre, malheureusement presque uniquement sur la région parisienne ce mois-ci. Pour les personnes vivants en dehors de la capitale, ne vous en faites pas, le mois prochain des nouveautés en province arrivent !

Rendez-vous le mois prochain pour la programmation complète du mois de janvier 2019 des Japonismes 2018 !

Source : Japonismes 2018 Officiel

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...