Blog post

[JAPAN EXPO 2017] Embarquez avec l’équipe de CKJ pour la récap’ du jeudi !

Comme on vous l’avait annoncé sur les réseaux sociaux le Jour J, l’équipe de CKJ s’est cette année rendue à Japan Expo pour quatre jours intenses de programmations musicales, d’invités exceptionnels, de photos, de chaleur intense mais aussi d’interviews !

Alors que la journée s’annonçait pluvieuse, le soleil s’est vite montré à Villepinte, prélude d’une chaleur à laquelle tous les festivaliers sont maintenant (presque) habitués.

Notre journée a commencé avec un petit concert surprise, annoncé seulement le jour précédent le début de Japan Expo : Yuki Kashiwagi, membre du groupe AKB48, que l’on ne vous présente même plus, ainsi que des NMB48, a fait une apparition sur le festival pour un mini show d’environ un quart d’heure. Yukirin, comme elle a été appelée par ses fans, a été soutenue à coups de fanchants et acclamée avec lightsticks et éventails en tous genres, alors qu’elle a interprété sur scène “Heavy Rotation” et “365 Nichi no kamihikoki“.

Ayant un événement AKB48 prévu le lendemain, la jeune femme ne s’est cependant pas éternisée et est repartie après cette petite surprise à ses fans français.

Notre route a continué au gré des allées du festival, partant à ainsi à la découverte des dispositions qui ont un peu changé cette année. Si on a retrouvé la plupart des éditeurs de manga à leurs places habituelles, il y a quand même eu des changements notables.

On a par exemple pu profiter de l’installation de deux nouvelles scènes : une durable, la scène Azuki exclusivement réservée aux mascottes, et la scène Animé 100, une inédite cette année. En effet, le festival a revêtu les couleurs noir et rouge pour ce 18ème impact, à l’occasion de l’anniversaire des 100 ans de l’animation japonaise, et a donc adapté sa programmation en conséquence. On a ainsi pu retrouver la scène Animé 100, avec des événements spéciaux pour cette date extraordinaire, une exposition Animé 100 qui retrace l’histoire d’animes célèbres, qu’ils soient récents ou plus anciens, comme Naruto, Le Roi Leo, FullMetal Alchemist Brotherhood, Cat’s Eyes ou Detective Conan pour ne citer qu’eux. Des événements Animé 100 ont aussi été proposés sur les autres scènes du festival, mais ça on vous en reparle un peu plus tard !

Après une interview très fun avec le groupe pop/rock MAGIC OF LiFE, que vous pouvez retrouver à cette adresse, c’est vers la scène Ichigo pour le showcase des idols de The World Standard que nous nous sommes dirigées. Les filles ont réussi à rassembler un grand nombre de personnes, malgré le fait que nous étions en début de festival et que, rappelons-le, le jeudi est le jour le moins prisé par les visiteurs. Elles ont eu l’occasion de montrer ce dont elles étaient capable pendant environ 45 minutes de set.

Le groupe Wasuta a un concept kawaii mais axé sur les réseaux sociaux. Cela fait d’elles des idols proches du public, et elles l’ont aussi prouvé par les langues étrangères. En effet, l’une des membres est par exemple étudiante à Paris et parle donc un petit peu français. Elles se sont donc officiellement présenté au public en japonais (bien évidemment), en anglais, en français, mais aussi en chinois et en coréen. Elles ont même été jusqu’à adapter leur chanson “Konnichiwa” qui signifie “Bonjour” en japonais, en remplaçant ce mot par ses traductions dans les langues que les filles maîtrisent. On a ainsi pu les entendre chanter tour à tour “Nihao“, “Annyeong” et “Bonjour” pendant le refrain de la chanson.

Les World Standard auront donc bien inauguré la scène Ichigo, la plus grande salle du festival, pour ce 18ème impact, avec un show qui a su ravir petits et grands présents.

Notre périple s’est tranquillement poursuivi et nous a fait passer par la scène Sakura, scène traditionnelle, pour la performance de Gaho Takahashi, que nous avions déjà découvert l’année dernière. Gaho Takahashi est une joueuse de koto, un instrument traditionnel japonais célèbre, et est diplômée de l’Université des Arts de Tokyo. Si vous n’avez pas eu l’occasion de la découvrir, voici sa performance 2016 :

Après cette escale, nous nous sommes directement dirigées vers Karasu, la salle extérieure 100% dédiée à la musique, pour la découverte des Toranoko Rammy en live. Les cinq filles ont été sélectionnées suite à une compétition féroce entre des dizaines d’artistes japonais, les Japan Expo Rocks, qui a eu lieu au Japon pendant plusieurs mois pour une toute première édition. Les Toranoko Rammy, après votes du public et sélection par un jury de spécialistes, ont été déclarées grandes gagnantes de cette première édition, et ont ainsi décrocher leur billet en direction de Villepinte.

Sur scène, les cinq filles ont tout donné pour montrer ce qu’elles savaient faire, et c’est les pieds nus que les cinq tigresses de Toranoko Rammy ont débarqué sur scène pour un mini concert d’environ 30 minutes. C’est la chanteuse qui a notamment fait forte impression, avec sa voix rauque, ses cris puissants, son énergie communicative et même son bain de foule lorsqu’elle s’est laissée porter par les fans.

La formation Toranoko Rammy a su se démarquer sur scène, comme elle a pu le montrer au jury de Japan Expo Rocks quelques mois plus tôt, et ont montré qu’elles savaient occuper l’espace. Elles sont tellement présentes sur scène, qu’elles en débordent presque littéralement. En résumé : une excellente ouverture de bal, si on peut l’exprimer ainsi, pour cette scène Karasu remaniée en 2017.

A suivi, après 15 minutes de pause, le groupe MAGIC OF LiFE, que nous avions donc vu en salle d’interview le matin même, pour un showcase d’également 30 minutes. La formation a pris plaisir à s’exprimer auprès de ses fans, et même si personne n’avait vraisemblablement amené du vin ou du fromage (vous comprendrez en lisant l’interview), le show a lui aussi été mémorable. L’ambiance s’est faite intimiste et carrée, à des années lumière de la performance précédente, et a elle aussi permis à bon nombre de visiteurs et spectateurs de découvrir ce groupe en direct.

Les MAGIC OF LiFE, anciennement appelés Dirty Old Men, ont réussi à prendre confiance en eux au fil des années et à donner des performances de qualité, comme on a pu le voir sur la scène Karasu.

Sur le premier jour de Japan Expo 2017, un bon nombre d’artistes musicaux étaient aussi en dédicaces, nous donnant ainsi l’occasion de rencontrer certains d’entre eux, comme les Toranoko Rammy, qui ont même pris la pose pour nous :

Après un dernier petit tour d’horizon sur le festival et parmi les stands, toujours plus nombreux, l’équipe est repartie en direction de Karasu pour la seconde partie des Tremplins de la J-Music ; nous avons malheureusement loupé le premier groupe sur scène, Kamitsuki, mais sans état d’âme puisque nous avons pu les voir à peine une heure plus tard (on vous en parle après). Ce sont donc les suga/es que nous avons vu en showcase, une formation 100% féminine dont ses membres ont démarré leur carrière artistique dans le milieu de la mode, et qui a fait ses premiers pas dans la musique seulement l’année dernière.

Les filles de suga/es ont elles aussi un fort impact visuel sur scène, et ont su délivrer un rock digne de leurs prédécesseurs ; on peut notamment citer les Scandal, qui inspirent d’ailleurs les suga/es sur le plan musical, et dont l’influence a été confirmée en direct.

Quelques minutes après la fin du show des suga/es, nous sommes restée au sein de Karasu pour l’un des évènements aux couleurs d’Animé 100 : le premier showcase spécial de cette édition, qui réunissait les artistes Umi-Kuun, The World Standard (que nous avions donc vu le matin) et enfin les Kamitsuki, ces derniers étant divisés en deux formations spéciales.

Pour célébrer les 100 ans de l’animation japonaise, les artistes présents sur ce créneau-là n’ont donc pas interprété leurs propres titres, mais ont repris des génériques célèbres. Umi-Kuun aura notamment marqué le public avec une chanson désormais très célèbre, à savoir “Zen Zen Zen Se” des RADWIMPS, titre qui a servi de bande originale pour le film d’animation Your Name.

Pour les Wasuta, on a pu remarquer le changement de tenue pour ce concert de fin de journée, et elles ont aussi occupé l’espace en chantant des titres du monde de l’animation qu’elles apprécient particulièrement. Et pour ce dernier créneau de la journée, c’est la chanteuse des Kamitsuki, en solo, qui a arpenté la scène, pour ensuite laisser sa place à deux autres membres de son groupe.

Ces deux derniers ont donné une performance inoubliable ; en effet, ils n’avaient pas vraiment révisé les paroles des chansons qu’ils ont interprété, et nous ont donc servi un show aussi décalé qu’enjoué. Sur l’air “Go!!!” des FLOW, qui avait signé le 4ème opening de Naruto il y a quelques années maintenant, les deux artistes ont donc un peu triché en regardant les paroles sur leurs portables, mais même avec un couplet raté et rattrapé de peu, le duo improvisé à réussi à faire rire et à permettre au public de passer un bon moment.

Cette première journée de festival, bien remplie comme chaque année, nous aura donc laissé une fois de plus découvrir les dernières nouveautés musicales dénichées par Japan Expo. Des idols en passant par le rock déjanté, les styles se sont enchainés, et l’initiative Animé 100, qui est une exclusivité 2017, aura laissé de très bons souvenirs. Si vous étiez là comme nous le jeudi, quelle performance musicale avez-vous le plus apprécié ? N’hésitez pas à nous partager votre séjour à Japan Expo dans les commentaires !

Un grand merci au festival Japan Expo pour l’invitation,
ainsi qu’à tous les artistes que nous avons pu rencontrer !

Galerie photo :

Articles précédents

Articles suivants


Veuillez patienter quelques instants pour le chargement des commentaires

Loading comments may take a few seconds please wait...
  • Merci pour ce chouette recap ! Et pour toutes ces belles photos aussi, notamment pour Kamitsuki et suga/es que j’ai adorés (je les ai vus le samedi) ! 😀